Un avant-goût de la conférence de Pascale Toscani

Les neurosciences éducatives s’invitent aux Journées de l’Éducation à la Relation de Blois les 30 novembre et 1er décembre. Nous accueillons Pascale Toscani pour une conférence grand-public et un grand atelier interactif le vendredi réservé aux participants aux JER.

Le nombre de places à la conférence est limité à 200. Ne tardez pas … Inscriptions sur www.jer-blois.org

JER 2017 : réenchanter le rapport au savoir

BarbonLe projet de la Direction diocésaine de Blois est ambitieux ; il s’agit de proposer aux enseignants et cadres pédagogiques de conduire une réflexion sur l’horizon anthropologique de l’enseignement de leur discipline, en de participer ainsi à la réflexion de l’Enseignement Catholique sur le « réenchantement de l’école ».

Ainsi l’atelier proposé par jean-Louis Barbon lors des Journées de l’Éducation à la Relation (JER) propose d’étudier l’approche anthropologique des disciplines enseignées aux élèves.

> En histoire et en économie, quelle place et quelle signification accorder aux trajectoires individuelles et aux expériences vécues ?

> Quelle place, les approches linguistiques laissent-elles à la subjectivité de chacun et à son développement ?

> Comment articuler, dans les domaines scientifiques une approche technique fondée sur les mathématiques et l’interrogation sur l’histoire et la variabilité de la production des connaissances ?

L’atelier permettra aux participants de préciser leur approche du sens implicite des contenus et méthodes des disciplines, d’envisager des pistes d’évolutions possibles, pour exprimer l’identité même, et la raison d’être de l’Enseignement Catholique, et d’envisager un répertoire d’actions possibles au plan personnel et/ou en équipe.

Jean-Louis Barbon est intervenant à Vincent de Paul Formation et Membre du Comité de rédaction de la revue en ligne « Educatio », consacrée à une réflexion prospective sur l’éducation chrétienne.

Catherine Schmider nous parle de CNV

Nous avons la joie de retrouver Catherine Schmider (que nous connaissons bien à Blois) dans une conférence TedX qui nous parle d’éducation bienveillante pour un monde plus humain.

L’éducation à la relation valorisée dans l’entreprise

travail
Les jeunes tout au long de leurs parcours de formation, au sein et en dehors du système éducatif, peuvent acquérir une diversité de compétences qu’ils peuvent valoriser sur le marché du travail. De nombreux travaux se sont récemment intéressés à l’impact des « soft skills » sur le marché du travail, c’est-à-dire des compétences non cognitives, en lien notamment avec les savoir-être qui pourraient influencer leur employabilité.

La dernière étude du CEREQ (centre de recherche et d’études sur les qualifications) montre que les personnes dotées de compétences sociales son plus employables et mieux rémunérées à compétence cognitive égale. (VOIR ÉTUDE).

Quelles compétences ?

Le CEREQ identifie 5 compétences : la persévérance, l’estime de soi, la communication avec les autres, la sociabilité et la prise de risque.

Autant de savoirs-être que l’Enseignement catholique de Loir-et-Cher a mis au coeur de son projet éducatif depuis 7 ans. www.jer-blois.org

Des Journées de l’Education à la Relation renouvelées et dynamiques !

dscn3528
Pour sa 7ème édition, le colloque annuel a fait le plein de participants. 180 enseignants et personnels éducatifs (et de rares parents) se sont rassemblés au lycée La Providence de Blois pour partager des expériences vécues dans les établissements.

Les ateliers du vendredi ont commencé par une séance plénière qui a montré la maturité de certaines actions. C’est le cas à l’école Saint-Charles de Blois où l’éducation à la relation est déployée comme une évidence. Sa directrice, Gaële Fonty, est venue appuyer la démonstration faite par quelques vidéos sur la CNV (communication nonViolente), les ateliers qui traitent des émotions, des besoins et des demandes, et la saison 2 de « l’expression des talents » qui boostent chez les élèves une belle estime de soi !

Il a été aussi question d’une approche ignatienne de l’emploi du temps hebdomadaire dans les écoles. Isabelle Hallais, Chef d’établissement de Sainte-Marie-La Providence à Blois, est venue expliquer la structuration des apprentissages pour un enfant de huit ans, grâce à la mise en place de temps de mises en projet et de relectures quotidiens et hebdomadaires. Une piste extrêmement intéressante et demandant peu de moyens.

Des ateliers très fréquentés.

Les participants avaient le choix entre 10 ateliers menés par des « experts » : la palme de l’intérêt a été remportée par l’atelier sur les intelligences multiples animé par Benoît Jahény. Preuve, s’il en fallait, que cette question rejoint les enseignants dans leur quotidien.

La journée s’est terminée par un tour de piste autour de grands tableaux où les participants ont déposé leur projets.

Du monde inscrit aux JER 2016

logojer2016vect

Nous enregistrons, 3 jours avant l’échéance, près de 170 inscrits à la journée de partage d’expériences et d’ateliers du vendredi 2 décembre.

Voici la liste des ateliers :

ACCOMPAGNER EN FAISANT GRANDIR L’ESTIME DE SOI

François Cribier (Chargé de mission pour l’éducation à la relation – DDEC 41)

S’accepter soi-même, connaître ses limites et ses points forts, avoir conscience de sa propre valeur, se faire confiance… autant d’atouts pour déployer une personnalité unique… et pour nouer des relations de coopération dans lesquelles la comparaison avec autrui, la volonté de dominer et la violence deviennent inutiles. L’éducation à la relation peut contribuer efficacement à donner aux enfants ce bagage indispensable pour l’apprentissage comme pour la vie sociale.

ACCOMPAGNER LA DIFFÉRENCE SANS LA MARQUER – ENVISAGER LA PERSONNE DANS SON « TOUT »

Marie-Thérèse Leroux – DDEC41

Le visage des classes d’aujourd’hui revêt plusieurs formes. On comprend mieux la diversité des profils d’élèves et on peut ainsi définir ce qu’est la « différence »: déficience cognitive, trouble de comportement, situation de handicap passagère… Un jeune migrant est différent, un jeune sourd est différent, un enfant précoce est différent.

A la lumière de 3 entrées (pédagogique, éducative et spirituelle), l’atelier permettra de construire une posture d’accueil de la différence.

COMPRENDRE LES DIFFÉRENTES INTELLIGENCES POUR MIEUX ACCOMPAGNER

Benoît Jahény – Mieux Apprendre

Huit intelligences pour l’être humain, une révolution des concepts pédagogiques classiques, une prise en compte humaniste réconciliant les « littéraires » avec les « matheux », et les « manuels  » avec les « intellectuels ». Comment faire pour accompagner chacun dans ses intelligences ?

MOI, ÉDUCATEUR CHRÉTIEN, DANS MON ÉTABLISSEMENT…

(Père Pascal Gonin et Don Dominique Malmezat)

Chrétien engagé, le regard que je pose sur l’élève, c’est le regard du Christ. Je me trouve au centre d’une relation maître/disciple qui mérite d’être mise en avant. Comment puis-je témoigner de ma foi, accompagner les élèves et être accompagné à mon tour sur ce chemin ?

L’ENSEIGNANT : OURS OU ABEILLE ?

(Thierry Lemoine –  Formateur en Co-développement)

Le co-développement professionnel réunit un groupe de personnes  qui partagent des problématiques professionnelles, vont apprendre ensemble et cultiver une « intelligence collective » grâce à un processus en six étapes structurant la parole, l’écoute et la réflexion et incitant à l’action. A l’heure des réformes qui demandent de plus en plus de travail collaboratif, c’est un outil utile pour avancer ensemble.

COMMENT FAIRE DU LIVRET SCOLAIRE UN OUTIL D’ÉVALUATION ET D’ACCOMPAGNEMENT ?

Bruno Chauvineau – Directeur diocésain

Un atelier pour définir ensemble quelles seront les compétences propres à l’Enseignement catholique qui pourront être insérées dans le Livret Scolaire. Le livret scolaire unique ne doit pas être simplement un formulaire à remplir et faisant un bilan de ce qui a été fait par l’élève.  Il doit être un outil d’évaluation. Evaluer c’est avant tout  donner de la valeur. Les notes et les appréciations ne doivent pas enfermer l’élève dans un état définitif mais bel et bien prendre en compte ce qui est du possible. Le possible se traduit aussi par la validation des compétences. Comment faire en sorte que les élèves et leurs familles puissent, à la lecture du livret scolaire unique, en faire un outil d’évaluation ? L’atelier proposé doit permettre  au LSU d’être un outil d’évaluation. Pour cela il nous faut nous saisir de ce LSU et de voir comment l’améliorer dans le respect du cadre légal tout en y apportant notre vision que l’éducation est bien un acte posé dans le temps et prenant en compte la globalité de la Personne.

LE « DIALOGUE PÉDAGOGIQUE » ET LES PROCESSUS MENTAUX DE L’APPRENTISSAGE

Armelle Géninet – Professeure de Mathématiques, formateure en Gestion Mentale

La connaissance des processus mentaux de l’apprentissage permet à l’enseignant de vivre autrement sa relation à l’élève, mais aussi de modifier son regard sur les objets d’apprentissage.

Cet atelier a pour objectif, à partir de quelques exemples très concrets, de faire vivre aux participants l’expérience d’une posture inédite en  « Dialogue Pédagogique »

LA PÉDAGOGIE PERSONNALISÉE

Nathalie Beau-frère – Isfec LaSalle Mounier

Pour un enseignant, mettre en œuvre la pédagogie personnalisée aujourd’hui, c’est avoir conscience que l’élève est une personne. C’est prendre en compte l’élève dans son intégralité : son corps, son cœur, son intelligence. Cet atelier est une sensibilisation pour comprendre les enjeux d’une pédagogie fondée sur la construction de l’autonomie, la motivation et la confiance en soi.

DÉVELOPPER UNE CULTURE RELATIONNELLE AU SERVICE DU TALENT DES ÉLÈVES

Sandra Longin – Animatrice de formations en communication – Cultiver Naturellement la Vie

Accompagner c’est l’art subtil d’être présent et au service de l’autre, de ses talents, de ses aspirations et de contribuer à la clarification des points d’appui et des freins pour lui permettre de contacter ses ressources. Comment au travers de la communication rester conscient de sa posture et ouvrir un espace relationnel d’alliance ?

ACCOMPAGNER LES ENFANTS DANS LA CONSTRUCTION DE LEUR VIE AFFECTIVE AVEC L’OUTIL « AU FIL DE LA VIE »

Lolita Natter – DDEC 37

Les enfants n’attendent pas la puberté pour poser des questions d’ordre existentiel : « où j’étais avant d’être né ? » ; « d’où viennent les bébés ? » ; « comment c’est fait les garçons et les filles ? ». Nous ne pouvons pas les laisser seuls avec ces questions, qui plus est dans un environnement qui les expose de plus en plus jeunes à des représentations parfois déformées de la relation humaine. L’atelier proposera la découverte de l’outil pédagogique « Au fil de la vie » et des pistes pour entamer le dialogue avec les élèves.