Neurosciences, fil conducteur des JER de Blois

Avec pour invitée Pascale Toscani, chercheure en Neurosciences éducatives, le thème de ces journées était trouvé. En s’exprimant en conférence grand public devant une salle comble puis en déployant un atelier d’une journée devant plus de 80 personnes, elle a donné une couleur très scientifique au colloque.

Mais d’autres ateliers étaient proposés, pour la centaine d’autres participants. Nous avons pu ainsi imaginer les futurs espaces d’apprentissages d’un point de vue design, expérimenter les ateliers proposés aux élèves sur l’éducation affective, ou débattre autour des pédagogies alternatives dans le second degré. Sans oublier de s’intéresser à l’empathie en classe et à la gestion mentale.

Une huitième édition faite de rencontres, de témoignages, d’échanges et d’apports. Rendez-vous en 2018 pour une édition entièrement renouvellée.

 

Un avant-goût de la conférence de Pascale Toscani

Les neurosciences éducatives s’invitent aux Journées de l’Éducation à la Relation de Blois les 30 novembre et 1er décembre. Nous accueillons Pascale Toscani pour une conférence grand-public et un grand atelier interactif le vendredi réservé aux participants aux JER.

Le nombre de places à la conférence est limité à 200. Ne tardez pas … Inscriptions sur www.jer-blois.org

JER 2017 : l’éducation à la relation sous le signe des neurosciences

Affiche2

Jeudi 30 novembre à 20h30

C’est Pascale Toscani qui viendra présenter en conférence « grand public » ces travaux sur les neurosciences en éducation. Elle dirige le Groupe de Recherche en Neurosciences et Education (GRENE) qui mène des recherches-actions directement au sein d’établissements scolaires.

MYTHES ET RÉALITÉS

Les neurosciences éducatives reinterrogent le processus d’enseignement-apprentissage. Se plaçant dans cette perspective, Pascale Toscani prône une école et plus globalement un système éducatif plus « scientifiques », qui se fondent davantage sur les connaissances issues de la recherche portant sur le fonctionnement du cerveau. L’enjeu s’avère majeur : il s’agit de favoriser les apprentissages chez tous et chez « chaque un », quelles que soient ses difficultés ou ses troubles.

Entrer dans cette démarche de la compréhension du mécanisme des apprentissages nécessite pour chacun de changer notre conception de l’intelligence et de comprendre que les neurosciences se trouvent à la croisée de toutes les disciplines.

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer