Mieux gérer ses émotions pour mieux vivre ensemble au Lycée La Providence de Blois

La Providence 1

Les élèves du lycée la Providence se sont montrés très réceptifs à cet atelier du vivre-ensemble

L’atelier “ Comment être bien avec soi pour être bien avec les autres ? ”, autour du mieux vivre ensemble, avait une forte résonance avec l’actualité.

C’est devenu une habitude. Comme à chaque début d’année, l’établissement blésois privé La Providence propose à ses élèves de réfléchir à une problématique. « Il est urgent de réagir pour sauver la planète et l’homme », thème de cette année, était divisé en trente-cinq ateliers dont « Comment être bien avec soi pour être bien avec les autres ? »,pour insister sur l’importance du bien vivre ensemble. Face à une classe – où se mêlent élèves et professeurs – Jérôme Brunet, directeur diocésain : « La colère, où la ressentez-vous ? » La plupart des participants placent leur main sur leur cœur. « La colère est un sentiment fort, où quelque chose en nous est piétiné », explique le directeur diocésain. « Et la peur ? », lance Jérôme Brunet. La main descend jusqu’au ventre. « Mais qu’est-ce qui provoque la peur ? », questionne-t-il ensuite. « La peur d’être rejeté, de ne pas appartenir à un groupe », rétorque Mélanie Orly, élève de BTS Économique, social et familial. « L’objectif est qu’ils prennent conscience des émotions qu’ils ont en eux », car, avance Jérôme Brunet, « on n’est pas responsable de ce que l’on ressent mais il faut savoir interpréter les indicateurs ».

Mélanie Orly, 19 ans, se montre réceptive au message : « C’est la première activité dont je vais ressortir quelque chose », assure la jeune femme qui se destine à « travailler dans le social ».

Un même événement différentes réactions

Du côté des professeurs, l’atelier permettra de mieux anticiper les réactions des élèves : « Un même événement – par exemple lorsque l’on donne un 0/20 – peut générer différentes réactions », témoigne Françoise Lacagne. « Attention, ce n’est pas parce que l’élève n’exprime rien qu’il ne ressent rien », met en gare le directeur diocésain.
Leïla Dardaba, professeur d’économie-marketing – qui retiendra que « notre bien-être dépend de beaucoup de paramètres extérieurs » – assure que cet atelier lui permettra « d’améliorer [ses] relations avec ses élèves ». Des élèves, témoigne-t-elle, qui viennent en classe « avec des craintes, des peurs ». Après les deux heures d’atelier, elle dit avoir désormais entre ses mains « un outil pour mieux gérer les émotions dans un contexte social qui n’est pas forcément évident aujourd’hui ».

Texte et photo La Nouvelle République : Adrien Planchon
PICTOLIEN

Les 10 défis de l’école catholique

Du 3 au 14 juin, le journal « La Croix » dresse le portrait de l’école catholique aujourd’hui et envisage des grandes évolutions auxquelles elle va devoir faire face.

Image 3

Bientôt dans les kiosques…

La Nouvelle République sortira mardi 5 mars un supplément de 8 pages « spécial enseignement catholique » en vue des journées portes ouvertes des établissements.

photo

En 1934…

Alors que se préparent l’exposition « Présence et Engagement » ainsi que la parution du livre sur l’histoire de l’enseignement libre du diocèse de Blois, voici une image qui nous montre l’évolution spectaculaire du nombre de nos établissements en 80 ans…Sans titre

en-relations : un nouveau lien bimestriel

Voilà le premier numéro de « en-relation », le nouveau journal « papier » que la DDEC diffuse pour parler de ce qu’elle fait : il est bon de connaître les missions de chacun des membres de cette équipe qui s’est étoffée.

Comptabilité, forfait communal, pastorale et immobilier y ont leur place. Au gré des prochains numéros, on pourra y lire toutes les infos qui concernent l’enseignement catholique dans le diocèse. « en-relation » est distribué à tous les établissements et reste disponible à Blois dans les bureaux de la DDEC. Bonne lecture !

Les chefs d’établissements se retrouvent pour les journées de pré-rentrée

Ces deux journées traditionnelles signifient la fin de la pause estivale et le retour aux choses sérieuses. Dans une chaleureuse ambiance de retrouvailles , les chefs d’établissement ont repris leurs marques.

« Dire aux personnes que l’on aime… » 

L’éducation à la relation reste le fil conducteur de ce séminaire de rentrée. Il annonce les journées de décembre et les portes ouvertes du mois de mars.

Après l’analyse de la lettre de rentrée du ministre de l’éducation et l’annonce d’un « Congrès de l’Enseignement Catholique Français » en juin 2013, c’est toute l’équipe de la DDEC qui a exposé sa mission devant les chefs d’établissements. La Direction Diocésaine de l’Enseignement Catholique s’est beaucoup étoffée, il était donc utile de présenter les différents pôles mis au service des écoles, collèges et lycées.