Penser (aussi) à la rentrée de septembre

NRwebL’Enseignement catholique de Blois a mis en place une campagne promotionnelle avec le quotidien La Nouvelle République, dans ses versions papier et web. Pendant trois semaines, les lecteurs pourront trouver la liste des établissements et un peu de contenu sur la façon dont l’Enseignement catholique a permis la continuité des relations entre les écoles et les familles.

L’idée est bien sûr de rappeler aux familles que nos établissements sont ouverts et prêts à les recevoir pour des rendez-vous téléphoniques, en visio, et bientôt réels ! Nos écoles ont besoin d’élèves en septembre !

Les psy de l’EC41 accompagnent

Capture d’écran 2020-04-17 à 12.31.42Les psychologues de l’Enseignement catholique de Loir et Cher ont travaillé sur un outil d’accompagnement et de ressources pour affronter cette période de confinement et la période qui va suivre.

Cela prend la forme d’un Padlet, un mur où s’affichent beaucoup d’aticles, d’outils et de conseils pour les enfants, les parents et tous les adultes qui gravitent autour d’un établissement scolaire. Ce Padlet est évolutif, il est enrichi en permanence.

Pour accéder à cet outil indispensable : https://padlet.com/psychologuesec41/antpb8il8ha8

Les établissements scolaires de Loir-et-Cher

Mis en avant

Les établissements scolaires privés du Loir-et-Cher forment un réseau qui accueille près de 8000 élèves. Il y en a un près de chez vous ! Cliquez sur leur emplacement pour obtenir leurs coordonnées et contacter leur secrétariat. Vous y serez les bienvenus.

Zoomer sur la région qui vous intéresse pour trouver votre école.

Laudato Si’ aux Journées de l’éducation à la relation de Blois

AfficheComme vous le savez sans doute, nous avons choisi de travailler sur l’encyclique du Pape François « Laudato Si » qui nous invite à une conversion écologique « qui nous unisse tous ».

C’est bien évidemment du côté de la relation que nous aborderons cette encyclique : comment adultes et jeunes vont-ils pouvoir s’organiser pour prendre soin de la Maison commune ?

Aussi, les établissements scolaires sont invités à réfléchir à leur participation en s’inspirant des Écobéatitudes en vue de participer aux JER avec les jeunes. Car nous souhaitons ouvrir les JER aux écoliers, collégiens et lycéens sur qui nous comptons pour vivre cette conversion demandée par François.

Pensons dès maintenant aux formes que pourra prendre cette participation : forum, ateliers, land-art, conférence, spectacles, concours d’éloquence, parade, … tout est permis à ce stade. A suivre … sur www.jer-blois.org

(Les 12 écobéatitudes ont été créees par l’Enseignement catholique de Lyon lors de leurs Assises Laudato Si’ de 2018).

7 orientations pour l’Enseignement catholique de Loir-et-Cher

P1030245.jpgEn cette journée de rentrée des personnels des écoles et des enseignants, la Direction diocésaine avait invité tout le monde à Blois pour présenter les 7 orientations pour les trois années à venir.

Cette promulgation devant près de 700 personnes a permis à chacun d’entendre une parole d’engagement à réenchanter l’école autour des 7 axes fixés sur un totem. Des directions à suivre, des réflexions et des relectures à mener, à partager dans les communautés éducatives. Notre évêque, Mgr. Batut a remis à chaque Chef d’établissement un exemplaire des orientations après une célébration de la parole dans une Église Saint-Joseph remplie et attentive.

Rendez-vous pour une grande célébration des orientations en mai 2021 !

P1030217.jpg

Mieux gérer ses émotions pour mieux vivre ensemble au Lycée La Providence de Blois

La Providence 1

Les élèves du lycée la Providence se sont montrés très réceptifs à cet atelier du vivre-ensemble

L’atelier “ Comment être bien avec soi pour être bien avec les autres ? ”, autour du mieux vivre ensemble, avait une forte résonance avec l’actualité.

C’est devenu une habitude. Comme à chaque début d’année, l’établissement blésois privé La Providence propose à ses élèves de réfléchir à une problématique. « Il est urgent de réagir pour sauver la planète et l’homme », thème de cette année, était divisé en trente-cinq ateliers dont « Comment être bien avec soi pour être bien avec les autres ? »,pour insister sur l’importance du bien vivre ensemble. Face à une classe – où se mêlent élèves et professeurs – Jérôme Brunet, directeur diocésain : « La colère, où la ressentez-vous ? » La plupart des participants placent leur main sur leur cœur. « La colère est un sentiment fort, où quelque chose en nous est piétiné », explique le directeur diocésain. « Et la peur ? », lance Jérôme Brunet. La main descend jusqu’au ventre. « Mais qu’est-ce qui provoque la peur ? », questionne-t-il ensuite. « La peur d’être rejeté, de ne pas appartenir à un groupe », rétorque Mélanie Orly, élève de BTS Économique, social et familial. « L’objectif est qu’ils prennent conscience des émotions qu’ils ont en eux », car, avance Jérôme Brunet, « on n’est pas responsable de ce que l’on ressent mais il faut savoir interpréter les indicateurs ».

Mélanie Orly, 19 ans, se montre réceptive au message : « C’est la première activité dont je vais ressortir quelque chose », assure la jeune femme qui se destine à « travailler dans le social ».

Un même événement différentes réactions

Du côté des professeurs, l’atelier permettra de mieux anticiper les réactions des élèves : « Un même événement – par exemple lorsque l’on donne un 0/20 – peut générer différentes réactions », témoigne Françoise Lacagne. « Attention, ce n’est pas parce que l’élève n’exprime rien qu’il ne ressent rien », met en gare le directeur diocésain.
Leïla Dardaba, professeur d’économie-marketing – qui retiendra que « notre bien-être dépend de beaucoup de paramètres extérieurs » – assure que cet atelier lui permettra « d’améliorer [ses] relations avec ses élèves ». Des élèves, témoigne-t-elle, qui viennent en classe « avec des craintes, des peurs ». Après les deux heures d’atelier, elle dit avoir désormais entre ses mains « un outil pour mieux gérer les émotions dans un contexte social qui n’est pas forcément évident aujourd’hui ».

Texte et photo La Nouvelle République : Adrien Planchon
PICTOLIEN