Des médailles d’or à Barcelone pour les élèves de La Providence

Vingt lycéens de première STI2D et Seconde GT se sont rendus du 2 au 8 mai à Barcelone au salon de l’innovation Barcelona Innova.IMG_4296

Bilan du concours :

  • Médaille d’Or pour le blouson lumineux
  • Médaille d’Or pour le gilet de sauvetage
  • Médaille d’Or pour la balise de sécurité

A noter que la participation à ce salon s’inscrit dans le cadre de l’association Securi-Vie créée en  1999. L’objectif est d’inventer et réaliser des montages avec les élèves afin de réaliser une sensibilisation par l’action à la sécurité routière. En 2016, 7 médailles avaient été obtenues au Concours Lépine dont 2 médailles d’or.

Les 3 médailles obtenues à Barcelone représentent une magnifique récompense pour l’investissement des élèves et de leurs professeurs et sont très porteuses d’avenir pour ces jeunes en formation.

Inauguration à Notre-Dame de Vineuil

Grosse affluence jeudi soir malgré une pluie tenace ! Personne ne s’est attardé sur le ruban pour s’engouffrer rapidement dans les classes toutes neuves.

Un bâtiment remplace les vieux préfabriqués

Deux classes pour le primaire, des sanitaires et une grande salle d’étude pour le collège, voilà ce qui est sorti de terre cette année. Des locaux magnifiques, aux normes environnementales élevées, insonorisés et pratiques. Pour Notre Dame de Vineuil, les élèves et le personnel, c’est une nouvelle ère qui commence, dans la lignée des premiers bâtisseurs de cet établissement situé au coeur de Vineuil.

Cette soirée rythmée par des chants et des discours a réuni dans la gaité élèves, enseignants, parents et entreprises qui ont tous oeuvré pour la réussite de ce superbe projet.

Catherine Schmider nous parle de CNV

Nous avons la joie de retrouver Catherine Schmider (que nous connaissons bien à Blois) dans une conférence TedX qui nous parle d’éducation bienveillante pour un monde plus humain.

Une journée de découverte de 4 établissements pour des donateurs de la Fondation Victor Dillard

La Fondation, qui a pour objet de développer l’Enseignement catholique dans le diocèse de Blois, a souhaité inviter les personnes qui la soutiennent à mieux connaître nos établissements scolaires.

Le minibus « school tour »

Étape 1 : le lycée La Providence de Blois.

C’est un des poids lourds du diocèse, il accueille près d’un millier d’élèves, de la 4ème spécifique au Bac+3 dans les filières tertiaire, énergie et numérique et sanitaire et sociale. Madame Clerc sa directrice a guidé ses invités à travers les spécialités de la maison, montrant les chantiers achevés et ceux à venir.

Étape 2 : le lycée agricole de Boissay.

A 20 minutes au Sud de Blois, ce lycée qui accueille 110 élèves en pleine campagne propose des CAP et Bacs Pro « service aux personnes et vente » en territoire rural. Lire la suite

Rencontres de témoins engagés à Saint-Julien de Montoire

Un beau moment de rencontre

Les élèves de l’école St julien ont vécu un beau moment de rencontre le jeudi 4 mai, lors des ateliers en Pastoral. En effet, le thème portait sur les témoins de Jésus. Ils ont rencontré Monseigneur Batut, évêque de Blois, le Père Dominique, moine à la communauté St Martin, Sœur Providence, Mme Voyant, membre d’une communauté religieuse «  Les Assomptionnistes », l’Abbé Benoit. Ils ont posé des questions sur leur vie, leur engagement religieux, leur rôle, leur habit, leur croix identiques mais différentes, suivant la fonction de chacun.  Ils ont découvert que Monseigneur Batut était enseignant avant de devenir prêtre, que le Père Dominique faisait de la mise en page, que Mme Voyant, malgré sa vie de famille, donnait du temps aux écoles. Mieux se connaître pour mieux vivre ensemble était un objectif de ces ateliers. En respectant  la croyance de chaque personne, les enfants ont été marqués par le bonheur de chacun à se consacrer à la prière et aux autres. Sœur Providence nous rappelait qu’il « fallait regarder la beauté du monde avec les bonnes lunettes » Une belle phrase de Monseigneur Batut : «  L’important n’est pas de garder sa vie pour soi mais de la partager avec les autres ». Nous avons terminé cet après-midi par un rassemblement  festif avec tous les élèves de l’école et les intervenants  pour les remercier et pour remettre toutes les fournitures scolaires et une aide financière aux enfants du Burkina Fasso. Nous remercions bien sincèrement Monseigneur Batut, d’avoir pris de son temps pour venir témoigner auprès des élèves de St Julien, ainsi que tous les personnes présentes.

A.Odeau.

Les nouveaux projets du collège et lycée Saint-Joseph de Vendôme

IMG_3432Après la création d’un nouveau logo et toujours dans l’optique de moderniser er redynamiser l’image des collège et lycée Saint-Joseph, le principal Olivier Daudé entouré par une équipe pédagogique très investie travaille sur de nouveaux projets pour les deux années à venir.

Tout d’abord, dès la rentrée prochaine, la création d’une classe pilote en 6e à pédagogie personnalisée inspirée par la méthode Maria Montessori. « Beaucoup de familles sont déjà intéressées par le projet ». Il s’agira de privilégier le travail en mini-ateliers et en autonomie pour tester de nouvelles notions. Trois professeurs (anglais, français et mathématiques) sont en cours de formation à ces méthodes. Si l’expérience de cette classe de démarrage donne de bons résultats, il sera envisagé d’étendre le dispositif pour cette classe jusqu’à la 3e.

Classe passerelle, Mexique et Equateur

Autre projet pour la rentrée 2017 « qui correspond à une réelle demande » la création d’une classe passerelle entre la 3e et la seconde pour les enfants en difficulté en 3e. Cette classe, adossée au lycée professionnel avec des cours professionnels et des cours spécifiques de remise à niveau ainsi que des stages en entreprises, servira en fait de classe de détermination. Elle permettra de rejoindre une seconde générale ou de faire le choix de rester dans une filière professionnelle en entrant alors directement en classe de première. Ce sera une classe à petit effectif de douze places maximum.
Également pour la rentrée, le projet que chaque élève entrant en seconde professionnelle puisse bénéficier d’un tuteur pour affiner le côté professionnel de son projet.
Sont aussi prévus des échanges culturels et de solidarité. Saint-Joseph a l’opportunité d’une proposition d’échanges avec le Mexique et précisément avec l’Instituto Lassale à Guanajuato. Ainsi des élèves aujourd’hui en seconde générale partiraient pour leur année de première en 2018 au Mexique et accueilleraient en échange des Mexicains pendant quinze jours.
Pour les secondes professionnelles actuelles, les élèves partiraient à l’automne 2019 en terminale trois semaines en Équateur pour valider leur stage de fin d’année et travailler sur des chantiers de solidarité. C’est un projet qui se monte sur deux ans avec l’aide de l’association Solidarité Partage France-Equateur. « Le but est de donner confiance aux élèves, qu’ils apprennent à se mobiliser, à rechercher des fonds, à créer le projet ».

Texte La Nouvelle République : Élisabeth Muzica

L’UGSEL 41 ouvre les bras aux écoles

Comme chaque année à cette période, l’UGSEL 41 réunit des centaines d’enfants des écoles primaires du diocèse au lycée agricole de Boissay, à Fougères-sur Bièvre. C’est grâce à une équipe extrêmement dynamique et motivée conduite par Paul Cruchandeu que cet événement permet (toujours sous un soleil printanier) aux jeunes de s’essayer à différents sports, de disputer un cross dans le magnifique parc et d’assister à une belle célébration devant le château. Corps et âmes…

A noter que cette année, les lycéens de Saint-Joseph de Vendôme ont assumé le rôle de facilitateurs de l’organisation, apparemment avec beaucoup d’enthousiasme. Merci à eux !

Des lycéens coachés à Saint-Jo de Vendôme

Rencontres St Jo 2Vingt-cinq chefs d’entreprise, animateurs, élus, membres d’associations… issus d’horizons différents ont répondu présents jeudi dernier à l’invitation de l’équipe pédagogique de Saint-Joseph. Pour un temps d’échanges, ils ont accepté de devenir coach référent !
Après un moment de convivialité, Olivier Daudé, chef d’établissement, et Marie Anginot, de la société Ecofit ont présenté le projet de parrainage proposé aux élèves durant leur formation en bac pro commerce et accueil. Chacun pourra être guidé par un référent professionnel.

Merci à La Nouvelle République

OEIL

Notre-Dame fête 60 ans de présence des soeurs

60 ans N-DL’établissement privé invite ses anciens élèves, samedi, pour fêter les 60 ans de présence de la congrégation.

Soixante ans d’enseignement, d’accompagnement et des milliers d’élèves instruits… ça se fête ! L’Union chrétienne de Saint-Chaumond célèbre, samedi, ses six décennies de présence à Romorantin. Une histoire qui débute donc en 1957, année où la congrégation rachète l’établissement aux sœurs de Namur et aux sœurs de la Nativité, présentes depuis les origines de l’école, dont le magnifique vaisseau de pierre fut construit dans les années 1840. L’établissement n’était destiné, au départ, qu’aux enfants et aux jeunes filles.
Fondée en 1652 et basée à Poitiers, où elle gère une école, deux collèges et un lycée, l’Union chrétienne de Saint-Chaumond possède également des établissements à Beaumont-sur-Oise, mais aussi à Madrid et en… Californie. « La congrégation a toujours eu l’éducation pour vocation », explique Adrien Mallet, directeur de Notre-Dame, qui comprend également, depuis 2001, l’école du Mail.

Deux directrices en 58 ans

Soixante après, trois religieuses font toujours partie de l’équipe encadrante. « Elles participent activement à la vie du collège : à la restauration, à l’étude, à la pastorale, mais aussi au conseil d’administration. » C’est le cas de la sœur Marie-Thérèse Jean, qui fut enseignante aux classes de CM2 de 1982 à 1986, avant notamment de diriger un collège à Parthenay, puis de revenir, en 2013, à Romorantin. Avec les années, elle a vu « la modernité s’installer. » Mais aussi la solidarité des autres écoles et des habitants du quartier, lors de l’inondation de juin 2016… « Ça a été l’événement majeur de l’histoire de l’école. »
Aujourd’hui, les religieuses ne dirigent plus l’établissement. « La direction est de plus en plus technique et administrative », souligne l’actuel directeur, à ce poste depuis deux ans. La dernière directrice religieuse, Mme Ranger, est pourtant restée jusqu’en 2015, à l’âge de 79 ans. « C’est la particularité de notre établissement : il y a eu très peu de directrices. » Seulement deux entre 1957 et 2015 !« Les enseignants, eux aussi, ont très peu bougé. La professeure d’anglais, Mme Benez, est là depuis 1979 », ajoute, le directeur, lui-même élève de 1989 à 1993.« La plupart, je les ai connus en tant qu’élèves ! » La plupart partiront à la retraite dans les années qui viennent. Avec 264 élèves au collège et 200 élèves en primaire, cet établissement sous contrat,« familial et à taille humaine », fait aujourd’hui « partie prenante de Romorantin », rappelle le responsable.

Geek ?

On peut être religieuse et vivre dans le siècle. Si elle est connectée au Très-Haut, Marie-Thérèse Jean, l’une des trois religieuses du collège Notre-Dame, est aussi connectée au monde moderne. Pas de compte Facebook, certes. Mais elle possède un smartphone de toute dernière génération, ainsi qu’une tablette. « Qui commence à vieillir », car Marie-Thérèse en a acquis une très tôt. La religieuse, qui a enseigné au sein de l’établissement aux classes de CM2 dans les années quatre-vingt, est aussi amatrice de photographie, et aime réaliser des vidéos. Les clichés, elle connaît donc. Mais celui de la religieuse qui ne vit pas « dans son époque » ne lui colle pas à la peau !

Texte et photo La Nouvelle République – Carl Guillet
 OEIL

Dans le Cantal aussi…

Un peu plus de cent-vingt personnes, dont une vingtaine du Cantal, étaient réunies à Clermont-Ferrand le 29 mars pour cette première journée inter-diocésaine sur le thème de l’éducation à la relation. Cette rencontre, ouverte à toutes les communautés éducatives, a été un temps fort, avec le matin des intervenants divers et de haute qualité en […]

via Une journée enthousiasmante autour du thème de la relation — Enseignement Catholique du Cantal