Notre-Dame des Aydes : un nouveau portail de documentation pour les lycéens

Le lycée blésois Notre-Dame des Aydes s’est doté d’un outil numérique très intéressant nommé e-sidoc. Il permet la mise en place, sur Internet, d’un portail d’information et de recherche documentaire, destinés aux élèves et à la communauté éducative d’un établissement d’enseignement du second degré.

Capture d_écran 2017-12-07 à 14.00.34Le moteur de recherche d’e-sidoc propose un accès unifié et intuitif à des ressources documentaires diversifiées (physiques et numériques) sélectionnées par le CDI. Le professeur documentaliste dispose d’un outil d’édition de contenus pour informer ses publics sur les actualités, les nouveautés et les sélections documentaires. Ouvert sur l’environnement numérique d’un établissement scolaire, e-sidoc est connectable à tous les ENT et propose un accès unifié et organisé à de multiples ressources numériques (presse en ligne, dictionnaires, banques d’images, etc.).

Pour voir le site de documentation et d’information :

http://0410675l.esidoc.fr

Journée handicap à la Providence de Blois

5a25fc84459a458b6b8b45d4Près de 500 élèves ou étudiants du lycée la Providence ont participé jeudi dernier à une journée entièrement employée à aborder le thème du handicap sous forme d’ateliers, tables rondes et conférence. C’est à l’initiative des enseignants et en particulier de Rouillon Ndabu et de Nathalie Allanic, professeurs au lycée, et avec le concours d’étudiants de BTS SP3S que cette manifestation a été organisée.
« L’objectif, rappelait Rouillon Ndabu, est de sensibiliser au handicap au quotidien. Le connaître sous différentes formes, mettre à mal les préjugés qui l’accompagnent pour y être attentif dans sa vie personnelle et professionnelle », complétait sa collègue.
Plusieurs associations et institutions ont apporté leur concours au déroulé de cette journée, l’APF 41, Handi Chiens, ENH, Voir ensemble, la Maison bleue et le Centre d’action et d’information sur la surdité (*). Une vingtaine de jeunes assistaient à l’un de leurs ateliers animés par deux intervenants de l’association, Julien Mathieu, psychologue et Karine Lefebvre, médiatrice sociale, elle-même atteinte de ce handicap qui pourtant passe inaperçu. « Notre but, expliquait cette dernière, c’est de leur apprendre comment se comporter face à un malentendant et leur donner des conseils comme bien articuler, parler en face de lui, etc. » Exercice à l’appui, les participants ont été quelques instants isolés du bruit avec un casque sur les oreilles pour percevoir les sensations ressenties par les malentendants. « C’était très instructif », soulignait Ambre, l’une de ces étudiantes qui par ailleurs s’initie à la langue des signes au sein du lycée. Après une séquence flash mob, Anaïs, Manuela et leurs amies confiaient : « C’était très instructif mais certains ateliers étaient forts au plan émotionnel ». Une conférence sur le thème de la prise en compte du handicap dans l’accompagnement et l’inclusion sociale destinée aux parents d’élèves et aux enseignants concluait la journée.

Texte et photo La Nouvelle République

Neurosciences, fil conducteur des JER de Blois

Avec pour invitée Pascale Toscani, chercheure en Neurosciences éducatives, le thème de ces journées était trouvé. En s’exprimant en conférence grand public devant une salle comble puis en déployant un atelier d’une journée devant plus de 80 personnes, elle a donné une couleur très scientifique au colloque.

Mais d’autres ateliers étaient proposés, pour la centaine d’autres participants. Nous avons pu ainsi imaginer les futurs espaces d’apprentissages d’un point de vue design, expérimenter les ateliers proposés aux élèves sur l’éducation affective, ou débattre autour des pédagogies alternatives dans le second degré. Sans oublier de s’intéresser à l’empathie en classe et à la gestion mentale.

Une huitième édition faite de rencontres, de témoignages, d’échanges et d’apports. Rendez-vous en 2018 pour une édition entièrement renouvellée.

 

Un avant-goût de la conférence de Pascale Toscani

Les neurosciences éducatives s’invitent aux Journées de l’Éducation à la Relation de Blois les 30 novembre et 1er décembre. Nous accueillons Pascale Toscani pour une conférence grand-public et un grand atelier interactif le vendredi réservé aux participants aux JER.

Le nombre de places à la conférence est limité à 200. Ne tardez pas … Inscriptions sur www.jer-blois.org

À St-Jo de Vendôme, les lycéens sont accompagnés par des professionnels.

stJoVendomeUne quarantaine de personnes du monde économique et associatif du Vendômois a été conviée à un petit déjeuner suivi d’entretiens avec les lycéens. Le rôle du référent est différent de celui du tuteur de stage. C’est un oeil extérieur qui met ses compétences au service du jeune pour le conseiller dans son parcours et ses projets professionnels.

Deux rencontres sont organisées dans l’année et pour le reste du temps, c’est au lycéen de prendre l’initiative. Le projet est encadré par une charte entre le lycée, les jeunes et les référents qui rencontrent les lycéens au cours d’un speed dating qui permet au lycéen de choisir son référent. Une initiative très pertinente rendue possible par les liens forts établis entre Saint-Joseph et le monde de l’entreprise de Vendôme.

JER 2017 : réenchanter le rapport au savoir

BarbonLe projet de la Direction diocésaine de Blois est ambitieux ; il s’agit de proposer aux enseignants et cadres pédagogiques de conduire une réflexion sur l’horizon anthropologique de l’enseignement de leur discipline, en de participer ainsi à la réflexion de l’Enseignement Catholique sur le « réenchantement de l’école ».

Ainsi l’atelier proposé par jean-Louis Barbon lors des Journées de l’Éducation à la Relation (JER) propose d’étudier l’approche anthropologique des disciplines enseignées aux élèves.

> En histoire et en économie, quelle place et quelle signification accorder aux trajectoires individuelles et aux expériences vécues ?

> Quelle place, les approches linguistiques laissent-elles à la subjectivité de chacun et à son développement ?

> Comment articuler, dans les domaines scientifiques une approche technique fondée sur les mathématiques et l’interrogation sur l’histoire et la variabilité de la production des connaissances ?

L’atelier permettra aux participants de préciser leur approche du sens implicite des contenus et méthodes des disciplines, d’envisager des pistes d’évolutions possibles, pour exprimer l’identité même, et la raison d’être de l’Enseignement Catholique, et d’envisager un répertoire d’actions possibles au plan personnel et/ou en équipe.

Jean-Louis Barbon est intervenant à Vincent de Paul Formation et Membre du Comité de rédaction de la revue en ligne « Educatio », consacrée à une réflexion prospective sur l’éducation chrétienne.

LIRE !

« Quel calme ! Quel silence dans l’école ce vendredi ! Mais que se passe-t-il à l’école Notre-Dame de Vendôme ? » Ce vendredi à 11h10, tout le monde, élèves, enseignants, membres du personnel, a cessé ses activités pour LIRE. Chacun a pris son livre et a fait une pause d’un quart d’heure de lecture-plaisir. L’objectif ? Lire, faire lire, aimer lire, donner l’exemple aux enfants qui peuvent voir des lecteurs en action !

Désormais à Notre-Dame, tous les vendredi à la même heure, le temps s’arrête … à la grande joie de tous.

323cab33b4993cfd72f2517f7a250da3

EnregistrerEnregistrer

Comment seront désormais orientés les futurs étudiants

admission-post-bacLe gouvernement a précisé le 9 novembre le fonctionnement de la procédure amenée à remplacer, dès janvier, Admission post-bac (APB).

La page APB est tournée. Dix jours après avoir présenté son plan Étudiants, qui réforme les conditions d’entrée à l’université, le gouvernement a précisé le 9 novembre la procédure qui remplacera Admission post-bac (APB), cible de vives critiques.

Le nouveau système, dont le nom sera arrêté après une consultation sur l’Internet, entrera en vigueur le 15 janvier, indique ainsi dans un entretien au Parisien la ministre de l’enseignement supérieur Frédérique Vidal. Il tient compte du principe d’« attendus », finalement préféré à celui de « prérequis », suivant lequel les « facs » pourront, même dans les filières non-sélectives, conditionner une inscription Lire la suite

Les fruits de l’amitié franco-allemande

P1010160Un pommier a été planté aujourd’hui à l’école Saint-Charles de Blois. Un arbre remis en cadeau par l’école allemande de Walhwies (Freie Waldorfschule) aux élèves de Saint-Charles qui se sont rendus en Allemagne au mois de mai. Cette école se situe près du Lac de Constance dans le Sud du pays.

Une cérémonie a eu lieu à l’école en présence de tous les enfants, du Directeur diocésain et d’un membre du Lion’s Club qui a participé au financement de ce voyage scolaire. Ce pommier qui donnera les fruits d’une bonne tartes aux pommes dans quelques années sera aussi un « arbre à souhaits ». Tout le monde pourra y suspendre un souhait. Le premier pourrait être : « que les élèves allemands puissent venir à Blois rencontrer les élèves de Saint-Charles ».

EnregistrerEnregistrer