Jean-Michel Blanquer veut une rentrée scolaire en musique

fotolia-90643537-subscription_0_729_487La musique, on le sait, adoucit les mœurs. Elle pourrait aussi atténuer les appréhensions liées à la rentrée scolaire, en tout cas, contribuer à faire du premier jour d’école un moment plus convivial, plus festif, plus détendu. C’est à tout le moins la conviction du nouveau ministre de l’éducation, Jean-Michel Blanquer.

Dans un communiqué de presse publié le mercredi 21 juin, en pleine fête de la musique, l’hôte de la rue de Grenelle propose ainsi à tous les établissements – écoles, collèges comme lycées – de participer, le 4 septembre prochain, à une opération intitulée « La rentrée en musique ».

Une façon de souhaiter la bienvenue aux nouvelles élèves

Son principe consiste à mobiliser les élèves déjà présents l’année précédente afin qu’ils accueillent en musique les nouveaux venus. Une façon originale de leur souhaiter la bienvenue.

S’il existe une chorale dans l’établissement, elle peut bien sûr être mobilisée. Mais cet accueil peut revêtir toute autre forme (simple chanson entonnée avec les enseignants, contribution d’élèves pratiquant un instrument à l’extérieur de l’école, etc.). Le ministère indique aussi que les parents d’élèves pourront eux aussi, s’ils le souhaitent, être mis à contribution, de même que le milieu associatif, les institutions culturelles et les collectivités locales.

« Bâtir l’école de la confiance »

Cette démarche s’inscrit plus largement dans le projet – évoqué à plusieurs reprises par le ministre de l’éducation Jean-Michel Blanquer et qui reste à préciser – de développer la pratique musicale collective, essentielle selon lui pour « bâtir l’école de la confiance ».

Elle n’est pas sans rappeler des initiatives menées à l’étranger. En Belgique, dans certaines écoles, les enfants sont ainsi accueillis chaque matin au son de la musique classique. « Une manière de débuter la journée de classe dans une ambiance sereine », approuve Sébastien, un père de famille dont les enfants ont, à Bruxelles, bénéficié de cet accueil en douceur lorsqu’ils étaient scolarisés dans le premier degré, il y a quelques années. (Article de La Croix)

OEIL

Saint-Vincent-Père Brottier pavoise !

BLOIS DRAPEAUX BROTTIER 20 JUIN - 1Mardi 20 juin, tous les élèves de l’école Saint-Vincent – Père-Brottier étaient conviés à la pose de trois drapeaux, européen, français et aux couleurs de l’établissement. C’est Manon Lemaire, professeure d’éducation physique et sportive, et en même temps réserviste dans l’armée de terre, qui a eu le privilège de leur installation dans la cour de l’école. Financés par l’association des anciens élèves, des drapeaux seront également mis en place dans la cour du collège et à l’entrée de l’établissement.

La france de l’athlétisme UGSEL à Blois

800 jeunes réunis par l’UGSEL à Blois

Sportivement, les championnats de France Ugsel d’athlétisme qui se sont déroulés vendredi et samedi au stade des Allées de Blois ont été une grande réussite pour les athlètes du département. Après la 2e place d’Inès Vrillon (LEAP Boissay), hier, au concours du javelot (34,33 m), trois nouveaux Loir-et-Chériens sont montés sur le podium.

Trois athlètes au sprint à l’arrivée d’un 800 m et qui terminent dans la même seconde : ça dit beaucoup de l’intensité de la course. « Je ne suis pas du tout déçu de ne pas avoir gagné, dit Marc-Antoine Drouhin (Lycée catholique de Pontlevoy) qui a fini à 36 centièmes de seconde seulement du champion vendéen avec un temps de 1’59 »70. En fait, je suis satisfait de mon podium, car j’ai eu une saison très compliquée. » L’ado de Montrichard a été à l’arrêt de septembre à mars en raison d’une tendinite au genou. « La forme est revenue au bon moment », a-t-il lâché dans un grand sourire, une expression immortalisée par son papa, prof d’EPS dans son lycée.

«  La place, c’est la récompense  »

Makaya, l’ailier qui se transforme en fusée. Personne n’a vu arriver Isaac, et lui-même est le premier surpris. « J’ai commencé l’athlétisme il y a trois semaines. Avant je jouais ailier au RC Blois (réserve). Sans entraînement et sans technique, ça aurait été cruel de gagner le titre par rapport à ceux qui travaillent depuis très longtemps. » Avec un joli temps de 22 »81, la fusée congolaise Makaya, élève de terminale STMG de La Providence Blois, est montée sur le podium du 200 m juniors (3e) et ne se soucie pas trop encore du jour où il devra faire son choix. « J’aime les deux sports. Mais en fonction de mes études ou de mon travail, j’irai vers celui où les entraînements seront les plus courts. » Pour l’instant, l’athlé semble tenir la corde. Là où sa marge de progression est énorme.

Pour Ines Vrillon (LEAP Boissay) qui est sacrée vice-championne de France du javelot avec un lancer à 34,33 m, ces nationaux d’athlétisme seront aussi un beau souvenir.
Le concours de la perche est toujours une curiosité et la présence de Valentin Roiron (La Providence) a renforcé l’intérêt. Bonne pioche car l’élève en première bac pro élec a terminé à la 2e place avec un saut à 3,63 m, son record, mais très loin de l’inaccessible vainqueur (4,80 m).  A l’image des 800 jeunes qui ont participé à ces France, Valentin Roiron va en garder un très bon souvenir. « C’est très valorisant ce genre de compétition. C’est le rêve de tout athlète de participer à des championnats si relevés. » « Cette première journée a été une réussite, a commenté Paul Cruchandeu, le responsable de l’organisation. J’ai beaucoup apprécié l’engagement des enseignants. Ils ont prouvé à leurs élèves qu’ils savaient s’investir à fond pour eux. »

Singapour à Vendôme !

20170531_091341_resizedSur l’invitation de Sabine Félix, chef d’établissement de l’école Notre Dame de Vendôme, environ 35 enseignants se sont retrouvés à Vendôme le 31 mai dernier pour écouter Monsieur NEMO, directeur/fondateur de la librairie des écoles. Cette entreprise édite la méthode de mathématiques dite « de Singapour ».

Monsieur NEMO a expliqué l’historique de la méthode qui a aidé les écoliers de ce petit pays d’Asie à devenir régulièrement premiers au classement PISA.

Quelques grands principes de la méthode :

  • Elle est centrée sur l’essentiel.
  • L’approche des notions y est explicite.
  • Le raisonnement est abordé très vite et pour toutes les notions.
  • Le déroulement d’une séance est basé sur 3 parties : concret, puis imagé et enfin abstrait.

Monsieur NEMO a aussi évoqué les nombreux « ponts didactiques » entre cette méthode et la pédagogie Montessori. De nombreuses questions, tant organisationnelles que pédagogiques ont suivi cette présentation très intéressante.

L’eurodéputée Angélique Delahaye au lycée La Providence de Blois

députée europe - 1Mardi dernier, un échange était organisé au lycée la Providence entre les élèves de classes de seconde GT, de 1reSRMG et l’eurodéputée Angélique Delahaye, membre de la commission environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire du Parlement. L’élue se prêtait volontiers à ce type d’exercice « pour peu qu’on me fasse appel car c’est toujours très enrichissant je me déplace volontiers d’autant qu’aujourd’hui les questions des jeunes ont été spontanées et d’actualité. 

Les métiers du développement durable

Au centre des débats de la matinée, le développement durable avec des questions portant sur les métiers de demain, le gaspillage alimentaire, préoccupation sur laquelle l’élue (aussi agricultrice) est particulièrement engagée, le fonctionnement du Parlement européen et les modalités de travail avec les représentants des autres pays membres, etc.
En conclusion de cette rencontre, Antoine Rouif et Léone Balland, élèves de terminale sciences et technologie de l’industrie et du développement durable accompagnés de leur enseignant, président de l’association Sécuri-Vie, David Rouillé ont présenté à la députée deux des inventions qui ont été primées début mai au Salon de l’innovation à Barcelone où ils se sont rendus pour la première fois. Ils ont obtenu la médaille d’or pour le blouson équipé de leds lumineux pour protéger les conducteurs de motos et pour la balise de sécurité qui permet de se signaler en cas d’accident automobile. Ce prototype ils l’ont déjà présenté au concours Lépine, « C’est une invention similaire qui l’a remporté cette année, notre projet a tout simplement été détourné », constatait particulièrement amer David Rouillé.

Texte et photo La Nouvelle République

OEIL

Des médailles d’or à Barcelone pour les élèves de La Providence

Vingt lycéens de première STI2D et Seconde GT se sont rendus du 2 au 8 mai à Barcelone au salon de l’innovation Barcelona Innova.IMG_4296

Bilan du concours :

  • Médaille d’Or pour le blouson lumineux
  • Médaille d’Or pour le gilet de sauvetage
  • Médaille d’Or pour la balise de sécurité

A noter que la participation à ce salon s’inscrit dans le cadre de l’association Securi-Vie créée en  1999. L’objectif est d’inventer et réaliser des montages avec les élèves afin de réaliser une sensibilisation par l’action à la sécurité routière. En 2016, 7 médailles avaient été obtenues au Concours Lépine dont 2 médailles d’or.

Les 3 médailles obtenues à Barcelone représentent une magnifique récompense pour l’investissement des élèves et de leurs professeurs et sont très porteuses d’avenir pour ces jeunes en formation.

Inauguration à Notre-Dame de Vineuil

Grosse affluence jeudi soir malgré une pluie tenace ! Personne ne s’est attardé sur le ruban pour s’engouffrer rapidement dans les classes toutes neuves.

Un bâtiment remplace les vieux préfabriqués

Deux classes pour le primaire, des sanitaires et une grande salle d’étude pour le collège, voilà ce qui est sorti de terre cette année. Des locaux magnifiques, aux normes environnementales élevées, insonorisés et pratiques. Pour Notre Dame de Vineuil, les élèves et le personnel, c’est une nouvelle ère qui commence, dans la lignée des premiers bâtisseurs de cet établissement situé au coeur de Vineuil.

Cette soirée rythmée par des chants et des discours a réuni dans la gaité élèves, enseignants, parents et entreprises qui ont tous oeuvré pour la réussite de ce superbe projet.

Catherine Schmider nous parle de CNV

Nous avons la joie de retrouver Catherine Schmider (que nous connaissons bien à Blois) dans une conférence TedX qui nous parle d’éducation bienveillante pour un monde plus humain.

Une journée de découverte de 4 établissements pour des donateurs de la Fondation Victor Dillard

La Fondation, qui a pour objet de développer l’Enseignement catholique dans le diocèse de Blois, a souhaité inviter les personnes qui la soutiennent à mieux connaître nos établissements scolaires.

Le minibus « school tour »

Étape 1 : le lycée La Providence de Blois.

C’est un des poids lourds du diocèse, il accueille près d’un millier d’élèves, de la 4ème spécifique au Bac+3 dans les filières tertiaire, énergie et numérique et sanitaire et sociale. Madame Clerc sa directrice a guidé ses invités à travers les spécialités de la maison, montrant les chantiers achevés et ceux à venir.

Étape 2 : le lycée agricole de Boissay.

A 20 minutes au Sud de Blois, ce lycée qui accueille 110 élèves en pleine campagne propose des CAP et Bacs Pro « service aux personnes et vente » en territoire rural. Lire la suite

Rencontres de témoins engagés à Saint-Julien de Montoire

Un beau moment de rencontre

Les élèves de l’école St julien ont vécu un beau moment de rencontre le jeudi 4 mai, lors des ateliers en Pastoral. En effet, le thème portait sur les témoins de Jésus. Ils ont rencontré Monseigneur Batut, évêque de Blois, le Père Dominique, moine à la communauté St Martin, Sœur Providence, Mme Voyant, membre d’une communauté religieuse «  Les Assomptionnistes », l’Abbé Benoit. Ils ont posé des questions sur leur vie, leur engagement religieux, leur rôle, leur habit, leur croix identiques mais différentes, suivant la fonction de chacun.  Ils ont découvert que Monseigneur Batut était enseignant avant de devenir prêtre, que le Père Dominique faisait de la mise en page, que Mme Voyant, malgré sa vie de famille, donnait du temps aux écoles. Mieux se connaître pour mieux vivre ensemble était un objectif de ces ateliers. En respectant  la croyance de chaque personne, les enfants ont été marqués par le bonheur de chacun à se consacrer à la prière et aux autres. Sœur Providence nous rappelait qu’il « fallait regarder la beauté du monde avec les bonnes lunettes » Une belle phrase de Monseigneur Batut : «  L’important n’est pas de garder sa vie pour soi mais de la partager avec les autres ». Nous avons terminé cet après-midi par un rassemblement  festif avec tous les élèves de l’école et les intervenants  pour les remercier et pour remettre toutes les fournitures scolaires et une aide financière aux enfants du Burkina Fasso. Nous remercions bien sincèrement Monseigneur Batut, d’avoir pris de son temps pour venir témoigner auprès des élèves de St Julien, ainsi que tous les personnes présentes.

A.Odeau.