La rentrée dans le Loir-et-Cher

Effectifs. À la veille de la rentrée, Bruno Chauvineau, directeur diocésain – dont le rôle est de promouvoir l’enseignement catholique – table sur « une petite baisse des effectifs cette année » dans le privé en Loir-et-Cher due, selon lui, à « une baisse démographique ». Premier et second degrés confondus, ce sont 7.581 élèves qui feront leur rentrée dans les 41 établissements privés du département à compter du 1er septembre.
Valeurs. L’enseignement privé a comme objectif « d’accompagner le jeune pour l’aider à vivre sa vocation d’homme et de femme avec les orientations choisies ». Et le directeur diocésain de questionner : « Comment chaque élève avec l’aide nécessaire peut-il éussir son année scolaire ? » Pour Bruno Chauvineau, l’objectif est celui « d’une pédagogie personnalisée »« L’autre enjeu » pour le directeur diocésain est d’avoir, comme avant, ce lien avec les familles dans un pacte éducatif, car, dit-il, les parents sont les premiers éducateurs de leurs enfants ».
Évaluations. Le ministre Jean-Michel Blanquer a qualifié d’ « importantes » les évaluations à l’entrée en CP, CE1, 6e et seconde. Et annoncé qu’ « en 6e, l’évaluation, qui porte sur le français et les mathématiques, sera plus dense ». Le directeur diocésain tient à préciser que ces évaluations « ne sont pas un test de positionnement », rappelant par là même que « l’étymologie du mot évaluer est “ donner de la valeur ” ». Si le ministre évoque « des aides personnalisées », le directeur espère, quant à lui, que « cela ne va pas déboucher sur une remise à niveau dans un temps imparti, mais tout au long du cursus ».
Port du masque. Le protocole sanitaire regroupe les règles de distanciation physique, le lavage des mains, la ventilation des classes et autres locaux, la limitation du brassage des élèves et donc le port obligatoire du masque dès 11 ans, y compris à la récréation. Le nettoyage et la désinfection des locaux et matériels représentent « un coût » tient à préciser le directeur, « dépense qui se fait toujours au détriment de quelque chose : on va faire en sorte que ce ne soit pas au détriment de la pédagogie ».
Renforcement de la formation initiale des professeurs en français et mathématiques. Un plan de formation que Bruno Chauvineau juge nécessaire : « C’est peut-être dans ces deux matières qu’il y a eu des décrocheurs pendant le confinement. » Car, dit-il, « on ne peut réussir dans les autres disciplines que si on maîtrise ces deux matières-là ».
Réforme du lycée. Elle se poursuit avec l’entrée en vigueur du nouveau baccalauréat pour les élèves de terminale cette année. « C’est une réforme exigeante qui permet que le jeune puisse avoir une orientation choisie. C’est aussi un baccalauréat plus juste qui donne plus de valeur au travail effectué tout au long de l’année. »

Texte et photo La NR

Une journée de pré-rentrée régionale en Centre-Val de Loire

Réunir 330 Chefs d’établissement, leurs adjoints et des délégués de tutelles et d’Ogec n’était pas une mince affaire en ces temps troublés par la crise sanitaire. Une fois la décision prise de prendre cette journée comme un « entraînement » en vue de la rentrée dans les établissements, et en étant extrêmement vigilants aux gestes protecteurs obligatoires, cette grande réunion a pu avoir lieu dans la Halle aux Grains de Blois.

Le thème de cette rencontre était la régionalisation et les perspectives qu’elle offre à notre réseau. Les débats ont aussi permis à Philippe Delorme, Secrétaire général de l’Enseignement catholique de rappeler les axes de réflexion au niveau national.

Une pré-rentrée régionale !

Le 25 août, les Chefs d’établissement, leurs adjoints, les tutelles et les responsables des Ogec et des Apel se réuniront à Blois pour dialoguer avec Philippe Delorme, secrétaire général de l’Enseignement catholique. Les quatre évêques de la province seront également présents.

Participez à notre Université d’été !

L’Enseignement catholique de Loir-et-Cher organise pour la première fois son Université d’été les 21 et 22 août à l’Abbaye de Pontlevoy pour dessiner les contours d’un engagement vers une écologie intégrale.

Croiser nos regards, relire et relier nos 7 orientations, notre projet éducatif et nos convictions pour sensibiliser les éducateurs et les enfants aux mutations nécessaires, à la lumière de l’Encyclique du pape François «Laudato Si’». Ces deux journées sont ouvertes à tous : éducateurs, jeunes adultes, acteurs de l’enseignement catholique ou pas.

Et si ce moment de réflexion nous permettait d’inventer l’école de demain ?

Plus que jamais, les questions de relations qui sont au coeur de notre projet éducatif, s’imposent dans les discussion sur «le monde d’après». Et sans doute profiterons-nous des enseignements tirés de cet épisode de pandémie qui a mis l’écologie au coeur des débats.

L’encyclique «laudato Si’» nous montre la voie. Laissons-nous guider par cet appel à «une conversion qui nous unisse tous». Engageons nos écoles sur cette voie pour garder cette raison d’espérer en un monde meilleur.

L’école des Bernardines se mouille !

La directrice de l’école des Bernardines se met à l’eau devant la ministre des sports !

La ministre des Sports Roxana Maracineanu s’est rendue à Saint-Aignan-sur-Cher, ce mardi 30 juin, pour assister à l’application de l’opération « Aisance aquatique » visant à prévenir les risques de noyade chez les enfants de 3 à 6 ans.

Le projet « Aisance aquatique » comporte donc plusieurs volets : la formation, les équipements avec une enveloppe de 15 M d’euros de l’État, et la mobilisation des acteurs sur le terrain en concertation et non chacun dans son coin. Tout ça ayant pour but de familiariser les plus petits avec le milieu aquatique afin qu’ils puissent se sortir d’une mauvaise situation si elle se présentait.

A Saint-Aignan, en présence de Madame la Ministre et devant le champion olympique Alain Bernard, c’est l’école privée « Les Bernardines » et Céline Coutant, directrice et professeure des écoles, qui se sont mises à l’eau avec une classe de CP et de moyens-grands « les enfants progressent très rapidement, dans une ambiance agréable, avec en plus le plaisir d’être ensemble dans cette période de post-confinement ».

Bruno Chauvineau, Directeur diocésain, était présent et en a profité pour parler 2S2C avec la Ministre, le Préfet, les élus et la Rectrice d’académie.

Sainte-Marie de Blois labellisé « école de la relation »

Mardi après-midi, une petite cérémonie s’est déroulée à l’entrée de l’école Sainte-Marie-La Providence en présence des chefs d’établissement, de quelques enseignantes et d’un petit groupe d’élèves de classe primaire. Il s’agissait de la pose d’une plaque indiquant l’engagement de l’école dans le projet diocésain « Éducation à la relation, des outils pour la vie », label décerné par la Direction diocésaine de l’enseignement catholique. Un juste retour des choses puisque, depuis sept ans, elle en est l’instigatrice.
« La relation est quelque chose qui s’apprend, a déclaré Isabelle Hallais, directrice des écoles maternelle et primaire, le dispositif mis en place vise à coopérer de façon harmonieuse, dans les jeux ou dans le travail, et à se respecter, soi et les autres ». L’équipe éducative a basé son action sur la communication non violente, initiée par Marshall Rosenberg. Tout le personnel (enseignants, éducateurs, Atsem) a bénéficié d’une formation de deux ans, avec remise à niveau. Au fil du temps, le programme est devenu transversal et a établi une forme d’alliance éducative entre les familles et l’école.
« Il s’ensuit une relation apaisée, avec beaucoup moins de conflits » a confirmé Corinne Cavrois, principale du collège depuis septembre. Les deux cadres voient dans cette application la raison du bon chiffre (50 %) de retour des élèves en classe dès le 11 mai.
Opération « portes ouvertes », vendredi 26 juin de 16 h 30 à 18 h 30, pour les classes de la petite section au CM2, des écoles maternelle et primaire, et des quatre classes du collège.

Texte La NR

Au revoir festif pour les lycéens de Saint-Joseph à Vendôme

Vendredi dernier, après plusieurs semaines d’absence physique, enseignants, équipe de direction, élèves de terminale du lycée général Saint-Joseph se sont retrouvés pour une journée festive et d’au revoir.
L’événement marquait d’abord la fin d’un parcours scolaire couronné par l’obtention du baccalauréat, il s’inscrivait aussi dans la tradition de l’établissement de mettre à l’honneur ses forces vives.
Enfin, il symbolisait la transition entre la vie d’avant le 14 mars et celle d’après.
Au menu de cette rencontre : discours, témoignages et repas partagé. Prenant la parole, Olivier Daudé, directeur de la structure éducative, a rendu hommage, à l’ensemble de l’équipe enseignante et à Christèle Hétier, la coordinatrice du lycée général, pour toute l’énergie déployée au long de l’année scolaire. Il est revenu sur l’un des atouts de Saint-Joseph : la seconde connectée.
Loin d’être une fin en soi, la création de cette classe s’est révélée cruciale dans l’accompagnement à distance. Puis s’adressant aux jeunes, son discours s’est articulé autour de la dernière version d’un bac avec la fin des filières S, ES, L, les épreuves classiques et le contexte si particulier du bac 2020. 

Texte et photo La NR

En-Relation #31

Le nouveau « En-Relation » est paru !

Au programme :

  • Les nouvelles de l’EC
  • Une lettre du Directeur diocésain
  • Une éco-école
  • Hommage à Paul Malartre
  • Le Codiec réflexif
  • Jean-Marie Petitclerc
  • Montessori et pastorale
  • Les classes augmentées
  • L’université d’été de l’EC41

Cliquez sur l’image pour feuilleter cette nouvelle parution.

Bonne lecture.

Des leçons du confinement

L’émission « questions d’éducation » de RCF 41 a reçu Gaëlle Petit, chef d’établissements de deux écoles à Salbris et Saint-Viâtre pour relire cette période bien particulière du confinement, vue d’une école rurale.

A écouter en rediffusion en cliquant sur ce lien :

https://rcf.fr/actualite/social/le-confinement-en-etablissement