LIRE !

« Quel calme ! Quel silence dans l’école ce vendredi ! Mais que se passe-t-il à l’école Notre-Dame de Vendôme ? » Ce vendredi à 11h10, tout le monde, élèves, enseignants, membres du personnel, a cessé ses activités pour LIRE. Chacun a pris son livre et a fait une pause d’un quart d’heure de lecture-plaisir. L’objectif ? Lire, faire lire, aimer lire, donner l’exemple aux enfants qui peuvent voir des lecteurs en action !

Désormais à Notre-Dame, tous les vendredi à la même heure, le temps s’arrête … à la grande joie de tous.

323cab33b4993cfd72f2517f7a250da3

EnregistrerEnregistrer

Les fruits de l’amitié franco-allemande

P1010160Un pommier a été planté aujourd’hui à l’école Saint-Charles de Blois. Un arbre remis en cadeau par l’école allemande de Walhwies (Freie Waldorfschule) aux élèves de Saint-Charles qui se sont rendus en Allemagne au mois de mai. Cette école se situe près du Lac de Constance dans le Sud du pays.

Une cérémonie a eu lieu à l’école en présence de tous les enfants, du Directeur diocésain et d’un membre du Lion’s Club qui a participé au financement de ce voyage scolaire. Ce pommier qui donnera les fruits d’une bonne tartes aux pommes dans quelques années sera aussi un « arbre à souhaits ». Tout le monde pourra y suspendre un souhait. Le premier pourrait être : « que les élèves allemands puissent venir à Blois rencontrer les élèves de Saint-Charles ».

EnregistrerEnregistrer

Le nouveau directeur du groupe scolaire Saint-Vincent-Brottier de Blois

BLOIS SAINT VINCENT BROTTIER - 1Pour sa première rentrée à Saint-Vincent – Père-Brottier, Georges Da Silva, chef d’établissement et coordinateur, décrit une ambiance paisible avec des effectifs en hausse. « Avec cent deux élèves inscrits au collège, et soixante-dix en maternelle et primaire, nous restons une petite structure. Je tiens à préserver cet aspect familial, cet esprit. » De même, Georges Da Silva souhaite pérenniser le travail effectué avant lui, et ceci durant neuf ans, par Mélanie Marpault, ancienne directrice. « C’est une continuité, mais j’espère aussi apporter mon expérience des années passées à la Providence, à Blois, comme enseignant en électrotechnique, puis comme directeur délégué à la formation professionnelle. » Dans cette optique, Georges Da Silva projette une orientation du collège vers le monde de l’entreprise. Avec pourquoi pas des classes en immersion. Les Projets Plus, avec renforcement et approfondissement en français et en anglais vont se poursuivre, de même que le suivi personnalisé qualité de chaque élève. « Comme dans tous les établissements catholiques, le projet Education à la relation répond aux attentes du bien vivre ensemble. Nos jeunes sont en grande majorité issus du quartier. C’est un beau labo ici, avec une population cosmopolite. Saint-Vincent – Brottier doit être un ascenseur social pour tous. »

Cor. NR : Monique Cabourg
OEIL

A l’école du rugby

IMG_3850Les « gaillards » du Rugby Club de Blois interviennent à l’école Sainte-Marie-La Providence auprès de toutes les classes du primaire. Dans le magnifique parc, les enfants apprennent les fondamentaux sous la férule d’athlètes au gabarit impressionnant. Ces joueurs aussi spectaculaires que tendres avec les élèves seront sans doute amenés à revenir l’année prochaine, tant l’expérience est réussie !

L’école Saint-Louis de Cour-Cheverny fête la fin des travaux

IMG_3834Inauguration ensoleillée à l’école Saint-Louis de Cour-Cheverny. Derrière la façade superbement rénovée de la vieille bâtisse, les nombreuses personnes présentes ont découvert une salle d’accueil des enfants de maternelle qui répond aux nouvelles règles sécuritaires obligatoires pour les écoles. Georges Delattre, président de l’Ogec, a présenté le travail réalisé par les entreprises et peaufiné par les parents d’une Apel très dynamique et Monseigneur Batut a pu rencontrer toutes ces personnes impliquées et engagées.

Cette jolie école dirigée par Catherine Guignebert accueille une centaine d’enfants dans un cadre magnifique. D’autres projets seront portés par la communauté éducative dans les années à venir comme la transformation du réfectoire. A suivre donc …

IMG_3842

Inauguration à Notre-Dame de Vineuil

Grosse affluence jeudi soir malgré une pluie tenace ! Personne ne s’est attardé sur le ruban pour s’engouffrer rapidement dans les classes toutes neuves.

Un bâtiment remplace les vieux préfabriqués

Deux classes pour le primaire, des sanitaires et une grande salle d’étude pour le collège, voilà ce qui est sorti de terre cette année. Des locaux magnifiques, aux normes environnementales élevées, insonorisés et pratiques. Pour Notre Dame de Vineuil, les élèves et le personnel, c’est une nouvelle ère qui commence, dans la lignée des premiers bâtisseurs de cet établissement situé au coeur de Vineuil.

Cette soirée rythmée par des chants et des discours a réuni dans la gaité élèves, enseignants, parents et entreprises qui ont tous oeuvré pour la réussite de ce superbe projet.

Une journée de découverte de 4 établissements pour des donateurs de la Fondation Victor Dillard

La Fondation, qui a pour objet de développer l’Enseignement catholique dans le diocèse de Blois, a souhaité inviter les personnes qui la soutiennent à mieux connaître nos établissements scolaires.

Le minibus « school tour »

Étape 1 : le lycée La Providence de Blois.

C’est un des poids lourds du diocèse, il accueille près d’un millier d’élèves, de la 4ème spécifique au Bac+3 dans les filières tertiaire, énergie et numérique et sanitaire et sociale. Madame Clerc sa directrice a guidé ses invités à travers les spécialités de la maison, montrant les chantiers achevés et ceux à venir.

Étape 2 : le lycée agricole de Boissay.

A 20 minutes au Sud de Blois, ce lycée qui accueille 110 élèves en pleine campagne propose des CAP et Bacs Pro « service aux personnes et vente » en territoire rural. Lire la suite

Enfants et parents codent à l’école le samedi

 

C’est peut-être avec surprise que les parents ont découvert un nouvel enseignement dans l’emploi du temps de leurs enfants : le code. En effet, comme dans d’autres pays autour de nous, l’Education nationale a inscrit aux programmes de l’école et du collège une initiation à l’informatique, appelée « algorithmique », ou bien « fondements du numérique », ou encore « code », ou « informatique ». Plus précisément, « l’enseignement de l’informatique (codage, algorithmique) est introduit au collège et une sensibilisation au code est proposée à l’école primaire », ce qui s’ajoute aux cours déjà proposés au lycée.

L’idée n’est pas de faire des enfants de futurs informaticiens, mais plutôt de les initier à une nouvelle langue « vivante », pour mieux comprendre dans la numérisation des données.

Un coding-goûter pour apprendre en s’amusant

C’est ainsi qu’en s’appuyant sur les compétences et la générosité des trois membres de « LOIR ET CHER TECH » et du FabLab Robert Houdin de Blois, l’école Sainte-Marie La Providence a organisé le premier Coding-Goûter dans une école. Une vingtaine de paires « parent/enfant » sont venus apprendre les rudiments du codage grâce à des petites applications simples et ludiques. Bien sûr, la partie « goûter » n’a pas été oubliée, car le travail derrière les écrans, ça creuse !

Portes ouvertes …hors les murs !

IMG_3367Les établissements communiquent hors les murs, à l’image de Saint-Vincent-Père Brottier de Blois qui a investi le marché de Blois pour se faire connaître et proposer une vente d’objets en vue de financer un voyage scolaire au parc Terra Botanica.

Pédagogie personnalisée et numérique à l’école Sainte-Thérèse

Tablettes Saint LaurentL’établissement privé de Saint-Laurent-Nouan expérimente des créneaux de pédagogie personnalisée, en s’appuyant sur des outils numériques.

«  Apprendre par le jeu et s’auto- évaluer  »

L’école privée catholique est équipée d’outils tactiles depuis mars dernier. L’établissement entend les employer, notamment, au service d’une pédagogie personnalisée, explique la directrice Françoise Théry. « Les enseignantes de l’école sont formées depuis l’année dernière, poursuit-elle, en lien avec le travail, mené au niveau du diocèse, sur l’éducation à la relation. »
L’école Sainte-Thérèse compte environ quatre-vingt-cinq élèves. Pour les plus petits, la pédagogie personnalisée louée par Françoise Théry – qui a en charge une classe de toute petite, petite et moyenne section – ne passe pas encore par les tablettes tactiles, mais elle intervient à travers des jeux, souvent faits main, permettant aux enfants de maternelle de développer diverses compétences (les chiffres, le graphisme, les repères dans l’espace…).
Dans la salle de Laurine Miquet, un créneau d’une heure est dédié, tous les matins, au travail en autonomie des élèves, sur des sujets dans lesquels ils estiment pouvoir progresser. Ce temps leur permet « d’apprendre par le jeu, de s’auto-évaluer », estime l’enseignante, qui circule parmi les tables pour prodiguer ses conseils et répondre aux questions. La directrice croit en cette pédagogie pour faire grandir la confiance en eux qu’éprouvent les élèves.

Comment ça marche ?

> Laurine Miquet s’appuie également sur les nouvelles technologies lors de cours plus « classiques » pour paramétrer des exercices à destination de tous ses élèves – comme récemment, sur la notion de durée, abordée lors d’une leçon de mathématiques.
> Les tests peuvent prendre la forme de quiz, dont les questions s’affichent en grand sur un tableau blanc interactif – un peu à l’image d’un examen du code de la route. Les élèves répondent, chacun de leur côté, à l’aide de leur tablette.

Texte et photo Léa Bouquerot – La Nouvelle République PICTOLIEN