À St-Jo de Vendôme, les lycéens sont accompagnés par des professionnels.

stJoVendomeUne quarantaine de personnes du monde économique et associatif du Vendômois a été conviée à un petit déjeuner suivi d’entretiens avec les lycéens. Le rôle du référent est différent de celui du tuteur de stage. C’est un oeil extérieur qui met ses compétences au service du jeune pour le conseiller dans son parcours et ses projets professionnels.

Deux rencontres sont organisées dans l’année et pour le reste du temps, c’est au lycéen de prendre l’initiative. Le projet est encadré par une charte entre le lycée, les jeunes et les référents qui rencontrent les lycéens au cours d’un speed dating qui permet au lycéen de choisir son référent. Une initiative très pertinente rendue possible par les liens forts établis entre Saint-Joseph et le monde de l’entreprise de Vendôme.

Le lien école-collège passe par le sport à Vendôme

Le lien école/collège se vit à l’heure du sport au sein de la comète Vallée du Loir. Vendredi dernier les classes de CM1 et CM2 des écoles Notre-Dame de Vendôme et Saint Jean-Baptiste à Coulommiers la Tour sont venus rejoindre leurs aînés du collège St Joseph aux Grands prés pour participer à un cross. Le soleil était au rendez-vous, les enfants heureux, le tout dans un esprit sportif. Cette rencontre s’inscrit à la fois dans le projet de renforcer les liens entre les établissements du premier et du second degré mais aussi dans le projet de la création de la 6ème à dominante sportive à cette rentrée 2017 à St Jo.

Victor Dillard s’affiche

IMG_4129En prévision du lancement du timbre « Père Victor Dillard » que La Poste dévoilera le 6 octobre au lycée Notre-Dame des Aydes, l’établissement se pavoise. C’est une opération de grande échelle …

English spoken only in « Le Prieuré »

P1010063P1010071P1010100P1010109

Major milestone today in Pontlevoy with the inauguration of the « Le Prieuré british college » based in the Pontlevoy catholic school. About 50 young college students have welcomed for the occasion the bishop of Blois, and the first secretary of the embassy of Great Britain. 

Cette initiative en revient à toutes les personnes qui, autour du directeur de l’établissement, Vincent Le Flohic ont eu cette belle intuition de permettre aux collégiens de pratiquer l’anglais au quotidien. Grâce à un encadrement anglophone (le surveillant est australien) et à une culture de l’établissement déjà largement ouverte sur le monde, ces élèves volontaires vont très vite s’exprimer en anglais avec facilité.

Pour notre évêque, apprendre une langue étrangère à la sienne, qu’elle soit vivante ou ancienne, ce n’est pas uniquement pour participer à la mondialisation et à ses travers, mais également et surtout pour chercher à connaître la culture de l’Autre, de savoir qui il est et d’où il vient pour favoriser la rencontre.

Mr. Henricson-Bell, jeune diplomate venu parrainer cette ouverture, est venu rappeler aux jeunes (dans un très bon français et avec humour) à quel point l’ouverture au monde par la langue était importante. Dans un village où, grâce à l’abbaye de Pontlevoy, on enseigne depuis mille ans, il a rappelé le souvenir de Guillaume le Conquérant et les liens puissants qui unissent nos deux pays.

Les collégiens ont ensuite entonné l’hymne britannique et une chanson des Beatles. Tout se finit en musique …

EnregistrerEnregistrer

Le nouveau directeur du groupe scolaire Saint-Vincent-Brottier de Blois

BLOIS SAINT VINCENT BROTTIER - 1Pour sa première rentrée à Saint-Vincent – Père-Brottier, Georges Da Silva, chef d’établissement et coordinateur, décrit une ambiance paisible avec des effectifs en hausse. « Avec cent deux élèves inscrits au collège, et soixante-dix en maternelle et primaire, nous restons une petite structure. Je tiens à préserver cet aspect familial, cet esprit. » De même, Georges Da Silva souhaite pérenniser le travail effectué avant lui, et ceci durant neuf ans, par Mélanie Marpault, ancienne directrice. « C’est une continuité, mais j’espère aussi apporter mon expérience des années passées à la Providence, à Blois, comme enseignant en électrotechnique, puis comme directeur délégué à la formation professionnelle. » Dans cette optique, Georges Da Silva projette une orientation du collège vers le monde de l’entreprise. Avec pourquoi pas des classes en immersion. Les Projets Plus, avec renforcement et approfondissement en français et en anglais vont se poursuivre, de même que le suivi personnalisé qualité de chaque élève. « Comme dans tous les établissements catholiques, le projet Education à la relation répond aux attentes du bien vivre ensemble. Nos jeunes sont en grande majorité issus du quartier. C’est un beau labo ici, avec une population cosmopolite. Saint-Vincent – Brottier doit être un ascenseur social pour tous. »

Cor. NR : Monique Cabourg
OEIL

Croisement de Chefs d’établissements à Saint-Vincent-Père Brottier

BLOIS DEPART SAINT VINCENT - 1A Saint-Vincent – Père-Brottier, la fête de fin d’année scolaire a été marquée vendredi soir par la cérémonie de départ de Mélanie Marpault, Chef d’établissement. Arrivée comme enseignante en grande section maternelle CP-CE1 il y a seize ans, Mélanie Marpault a pris la direction du collège en 2008. « Neuf années qui ont vu ce collège s’implanter dans le quartier… Neuf années qui m’ont permis de découvrir le métier de chef d’établissement car je n’y songeais pas… Neuf années qui m’ont permis de découvrir des modes de vie, des cultures familiales, très différents des miens… Neuf années qui m’ont permis aussi de développer une passion pour l’éducatif… » a-t-elle déclaré visiblement très émue. A la prochaine rentrée, Mélanie Marpault prendra le poste de chef d’établissement du collège Le Prieuré à Sambin.

Cette petite cérémonie était l’occasion aussi d’accueillir et de présenter aux parents son successeur, Georges Da Silva, en poste au lycée La Providence comme directeur délégué à la formation depuis trois ans. Il était auparavant enseignant dans le même établissement, et ce depuis 2001. « J’ai eu envie d’apporter une nouvelle dimension à mon parcours professionnel » a souligné le futur chef d’établissement qui souhaite pérenniser le travail accompli par Mélanie Marpault. « Je compte également mettre à profit les compétences acquises à la Providence. »

Cor. NR : Monique Cabourg
OEIL

À Saint-Joseph de Mer, on inaugure encore !

IMG_8895Vendredi 23 juin, à l’occasion de l’inauguration du dernier bâtiment de l’école-collège Notre-Dame Saint-Joseph de Mer, Monseigneur Batut, évêque de Blois, a béni les nouvelles classes et les quelques 250 personnes présentes.

Devant les parents d’élèves, les amis et donateurs de l’établissement, de nombreux élus et les artisans ayant participé à la construction, et en présence de Monsieur Chauvineau, Directeur Diocésain, les Directrices de l’école et du collège ont insisté sur l’importance du don et de l’engagement de tous les membres de la communauté : parents, personnels éducatifs et d’entretien, enseignants, chefs d’établissement. Sans leur engagement de tous les jours, une école perd son âme et c’est bien « ensemble » qu’une école fait grandir. 20170510_133117

En deux ans, c’est, donc, 4 nouvelles salles qui sont mises à la disposition des élèves du primaire et du collège. Ces salles, équipées des derniers matériels informatiques, contribuent aux dispositions d’accès aux personnes à mobilité réduite et entrent dans la politique éco-responsable de l’établissement, qui vient de se voir déclaré : « Collège engagé pour le Développement Durable-mention Engagement » par le comité académique d’éducation au développement durable.

L’eurodéputée Angélique Delahaye au lycée La Providence de Blois

députée europe - 1Mardi dernier, un échange était organisé au lycée la Providence entre les élèves de classes de seconde GT, de 1reSRMG et l’eurodéputée Angélique Delahaye, membre de la commission environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire du Parlement. L’élue se prêtait volontiers à ce type d’exercice « pour peu qu’on me fasse appel car c’est toujours très enrichissant je me déplace volontiers d’autant qu’aujourd’hui les questions des jeunes ont été spontanées et d’actualité. 

Les métiers du développement durable

Au centre des débats de la matinée, le développement durable avec des questions portant sur les métiers de demain, le gaspillage alimentaire, préoccupation sur laquelle l’élue (aussi agricultrice) est particulièrement engagée, le fonctionnement du Parlement européen et les modalités de travail avec les représentants des autres pays membres, etc.
En conclusion de cette rencontre, Antoine Rouif et Léone Balland, élèves de terminale sciences et technologie de l’industrie et du développement durable accompagnés de leur enseignant, président de l’association Sécuri-Vie, David Rouillé ont présenté à la députée deux des inventions qui ont été primées début mai au Salon de l’innovation à Barcelone où ils se sont rendus pour la première fois. Ils ont obtenu la médaille d’or pour le blouson équipé de leds lumineux pour protéger les conducteurs de motos et pour la balise de sécurité qui permet de se signaler en cas d’accident automobile. Ce prototype ils l’ont déjà présenté au concours Lépine, « C’est une invention similaire qui l’a remporté cette année, notre projet a tout simplement été détourné », constatait particulièrement amer David Rouillé.

Texte et photo La Nouvelle République

OEIL

Des médailles d’or à Barcelone pour les élèves de La Providence

Vingt lycéens de première STI2D et Seconde GT se sont rendus du 2 au 8 mai à Barcelone au salon de l’innovation Barcelona Innova.IMG_4296

Bilan du concours :

  • Médaille d’Or pour le blouson lumineux
  • Médaille d’Or pour le gilet de sauvetage
  • Médaille d’Or pour la balise de sécurité

A noter que la participation à ce salon s’inscrit dans le cadre de l’association Securi-Vie créée en  1999. L’objectif est d’inventer et réaliser des montages avec les élèves afin de réaliser une sensibilisation par l’action à la sécurité routière. En 2016, 7 médailles avaient été obtenues au Concours Lépine dont 2 médailles d’or.

Les 3 médailles obtenues à Barcelone représentent une magnifique récompense pour l’investissement des élèves et de leurs professeurs et sont très porteuses d’avenir pour ces jeunes en formation.