Au collège Saint-Charles de Blois, c’est « Comme à la radio ! « 

image-radio-LSC.png« Comme à la radio », c’est le titre de l’émission des élèves du collège Saint-Charles de Blois. Et c’est vrai que la qualité de cette radio mise en ligne sur le site du collège est bluffante ! Qualité du son, virgules sonores, ton des présentateurs, tout est merveilleusement composé pour qu’on se croit à la radio. Et c’est très intéressant à écouter. Alors connectez-vous sur la radio de Saint-Charles en cliquant là :Capture d’écran 2018-11-06 à 14.23.06.png

Et pendant ce temps à Saint-Charles de Blois …

P1030131Un mois d’août à Blois inhabituel pour le directeur du collège Saint-Charles. L’obligation de transférer le collège sur le site de la rue de la Garenne doit se faire dans l’urgence.

A dix jours de l’arrivée des élèves, la réhabilitation de l’ancien collège se fait au grand galop. Les classes préfabriquées ont été installées et connectées, un des bâtiments est entièrement restauré pour accueillir l’administration et quelques classes, le grand parc est nettoyé et le balai des camions de déménagement apporte les mobiliers de l’ancien collège. Tout sera prêt à la rentrée !

Une année scolaire de transition

Les travaux sur le bâtiment principal vont pouvoir commencer pour qu’à la rentrée 2019, les collégiens s’installent dans le plus beau collège de Blois. Patience !

Lycée Saint-Joseph de Vendôme : l’Équateur en ligne de mire

Une quinzaine d’élèves en seconde professionnelle prépare leur voyage pour l’Amérique du Sud, prévu en octobre 2019.

équateurDans la cour ensoleillée du lycée Saint-Joseph de Vendôme, ce mardi après-midi, cinq élèves s’affairent à l’organisation du pot de départ de trois professeurs. La grande admiration qu’ils vouent à leurs enseignants ne constitue pas leur seule motivation. Ils ont une idée derrière la tête. Même plus, un projet qu’ils cherchent à financer, nommé « Un cœur pour l’Équateur ». Ils ambitionnent de partir trois semaines, en octobre 2019, dans ce pays d’Amérique du Sud, à des fins humanitaires. Ce dernier éprouve de grandes difficultés à se remettre du séisme de 2016 qui a dévasté une partie de son territoire. Lire la suite

Sambin, so british !

A la rentrée 2017, le collège privé sous contrat Le Prieuré, à Sambin (prononcer « Sambine » …), a ouvert une « section british » dans des locaux mitoyens avec le lycée catholique de Pontlevoy – recevant, pour ce projet, l’accompagnement du British Council, agence gouvernementale britannique ayant, notamment, pour objet de promouvoir l’apprentissage de la langue anglaise dans le monde.P1010112
Les élèves concernés bénéficient de trois heures de cours d’anglais supplémentaires, par rapport aux trois heures hebdomadaires relevant « du contrat d’association avec l’État », précisent Vincent Le Flohic, principal du collège Le Prieuré et proviseur du lycée catholique de Pontlevoy, et Marianne Ninin, directrice de l’école Saint-Joseph, à Sambin et à Pontlevoy. Ces créneaux spécifiques se déroulant en grande partie à la manière de jeux, favorisant des « prises de parole spontanées » en anglais.
A présent désireux d’installer le « british collège » dans des locaux plus grands, et « davantage adaptés à l’apprentissage de l’anglais », les deux chefs d’établissements transfèrent ce dernier sur le site de l’école Saint-Joseph de Pontlevoy. A la faveur de ce déplacement, la vingtaine d’élèves de la maternelle sera « impliquée » dans le programme avec « 90 collégiens » (ils étaient au nombre de 50, l’année écoulée).
Trois « axes » guident la démarche, détaillent Vincent Le Flohic et Marianne Ninin : favoriser l’« immersion » des jeunes, les aider à « prendre confiance », instaurer un « engagement fort » de chacun dans l’apprentissage de l’anglais. « Les membres anglophones de l’équipe pédagogique du collège british interviendront ponctuellement à l’école maternelle. » Les adolescents, eux-mêmes, proposeront des séances aux petits. Des rendez-vous culturels et ludiques représenteront, enfin, d’autres occasions de rencontres et d’échanges entre les différentes tranches d’âge.

Lycée de Boissay : le chantier avance

Le LEAP de Boissay à Fougères-sur-Bièvre (Loir-et-Cher) fait peau neuve en construisant une extension qui accueillera le nouvel internat, la restauration et des salles de travail. Ce grand projet financé par la Région Centre Val de Loire, les collectivités territoriales et la Fondation Victor Dillard devrait aboutir fin 2018.

(Images Don Cedric et DDEC41)

Une section karting au collège Saint-Georges de Salbris

Le collège Saint-Georges ouvrira, à la rentrée, une nouvelle classe à horaires aménagés dédiée aux sports mécaniques. Marc Berteaux et le centre Kartagène sont partie prenante du projet.

Capture d_écran 2018-05-25 à 10.16.34Permettre à des adolescents, dont le profil n’est pas forcément très « scolaire », d’étudier, de comprendre des principes mathématiques, de physique, de chimie, en se livrant à une pratique sportive, le karting. Tel est le dessein de Mathieu Stévenin, principal du collège privé Saint-Georges de Salbris, qui a bâti, au sein de son établissement, et avec Marc Berteaux, formateur reconnu, entraîneur de l’équipe de France et directeur du centre Kartagène, une classe à horaires aménagés dédiée aux sports mécaniques.
Susciter la motivation Cette dernière, qui ouvrira à la rentrée, est née d’une suggestion de Marc Berteaux, qui en a conçu l’idée lorsque le chef d’établissement salbrisien lui a présenté le fonctionnement d’une section existante, semblable, consacrée à la natation. Le projet a enthousiasmé Mathieu Stévenin. Il pourrait, selon lui, susciter la motivation de certains élèves, Lire la suite

Belles idées à la journée collège d’Angers

BCVendredi 18 mai à Angers se tenait la journée nationale pour réenchanter le collège. Tous les diocèses du Nord-Ouest se rassemblaient tandis que trois autres grandes régions le faisaient en France. Une façon d’éviter la « grand messe » nationale et de mieux découvrir les initiatives d’un territoire proche et de tisser des liens avec nos voisins.

L’idée de ces rassemblements était de penser le collège comme un lieu d’échanges, de construction et de passage. Que viennent faire les jeunes collégiens pendant cette aventure de quatre ans entre l’école et le lycée, à une période bien particulière de leur vie, et où des tensions apparaissent très souvent ?  Lire la suite

Notre-Dame des Aydes de Blois : 150 ans d’histoire

ndaOn n’a pas tous les jours 150 ans ! Fondé à Blois en 1868, Notre-Dame des Aydes s’apprête à célébrer avec éclat son 150e anniversaire. Depuis plusieurs mois, les préparatifs sont allés bon train et le moins que l’on puisse dire, c’est que les choses n’ont pas été simples pour le comité d’organisation composé du directeur Jean-Cyrille Péroteau, ainsi que d’anciens élèves et enseignants.
Le père Claude Picard élève il y a 86 ans ! Il faut dire qu’ils n’ont pas voulu faire les choses à moitié, l’idée étant de contacter le maximum des 20.000 anciens de Notre-Dame des Aydes éparpillés à travers le monde dans le but de les convier à une grande fête mémorable le samedi 26 mai.
Celle-ci débutera à la cathédrale de Blois à 10 heures par une célébration eucharistique, se prolongera à 11 h 45 avec la bénédiction de la nouvelle statue de Notre-Dame puis la présentation du tableau restauré du fondateur de l’établissement, le chanoine Millet. La journée se poursuivra par un repas, des animations, des expositions, la projection de vidéos, un concert et des démonstrations sportives. A 17 heures, tout le monde prendra la direction de la salle du Carroir à La Chaussée-Saint-Victor pour assister à la représentation de la pièce “ Le parapluie de Chaillot ” de Nicole Le Prat, ou comment imaginer 33 variations de style sur un fait-divers.
Cet anniversaire est également marqué par la publication d’un livre, “ Notre-Dame des Aydes, une école, une histoire ”, signé Bruno Guignard, directeur du fonds ancien de la bibliothèque Abbé-Grégoire et ancien élève, et Florence et Jean-Claude Lambert qui ont enseigné de longues années à Notre-Dame des Aydes.
Pour réaliser cet ouvrage, tous les trois ont recueilli photos et documents iconographiques, des photographies, de nombreuses anecdotes et beaucoup de témoignages. Le plus ancien émane du père Claude Picard, aujourd’hui âgé de 93 ans et entré à Notre-Dame à l’âge de 7 ans. « Nous avons voulu laisser une trace », expliquent les auteurs. « Sachant que rien n’avait été écrit depuis 1919 ! »
Il était donc grand temps de combler ce vide vertigineux. Car Notre-Dame des Aydes est une véritable institution à Blois. En 2018, il accueille 700 lycéens de la seconde à la terminale mais depuis 150 ans, ce sont des milliers d’élèves qui sont passés par la rue Franciade. Parmi eux, citons Christophe Lebreton, moine de la communauté de Tibhirine assassiné en 1996, Joseph Mitterrand, le père de François Mitterrand, Eric Tabarly et plus proche de nous, Nicolas Perruchot et la ministre Jacqueline Gourault qui, elle, y a enseigné l’histoire.

D’après La Nouvelle République

Un nouveau site web pour le groupe scolaire Saint-Joseph Notre-Dame de Mer

Capture d_écran 2018-01-26 à 11.43.15Moderne, beau et ergonomique, le nouveau portail internet de Saint-Joseph Notre-Dame vaut la visite. Gageons qu’il deviendra au fil du temps un support indispensable aux nombreuses actualités de cet établissement très dynamique !

www.sj-mer.fr

Le British College de Pontlevoy et l’EC41 au sommet franco-britannique

Londres.jpgL’Enseignement catholique du diocèse de Blois par l’intermédiaire des responsables du lycée catholique de Pontlevoy et de son directeur diocésain était présent au sommet franco-britannique. L’invitation nous avait été faite par l’intermédiaire de l’ambassade de Grande Bretagne en France et par le quai d’Orsay. Une présence permettant de présenter le « College British » de sambin/Pontlevoy et l’Enseignement catholique, au Président de la République et à madame le 1erministre britannique. Une soirée riche en rencontres et en mise en valeurs de nos projets.