Comment seront désormais orientés les futurs étudiants

admission-post-bacLe gouvernement a précisé le 9 novembre le fonctionnement de la procédure amenée à remplacer, dès janvier, Admission post-bac (APB).

La page APB est tournée. Dix jours après avoir présenté son plan Étudiants, qui réforme les conditions d’entrée à l’université, le gouvernement a précisé le 9 novembre la procédure qui remplacera Admission post-bac (APB), cible de vives critiques.

Le nouveau système, dont le nom sera arrêté après une consultation sur l’Internet, entrera en vigueur le 15 janvier, indique ainsi dans un entretien au Parisien la ministre de l’enseignement supérieur Frédérique Vidal. Il tient compte du principe d’« attendus », finalement préféré à celui de « prérequis », suivant lequel les « facs » pourront, même dans les filières non-sélectives, conditionner une inscription Lire la suite

Première pierre au Lycée de Boissay à Fougères

boissayVendredi, en fin de journée, de nombreuses personnalités, dont l’évêque Mgr Batut, président de la Fondation Victor-Dillard, propriétaire des murs, Pierre Chauvineau, directeur diocésain de l’enseignement catholique, Marc Fesneau, député, les élus régional et départemental, Éric Martelière, maire du village, avaient répondu à l’invitation de Pierre de Bizemont, président de la Société de gestion du lycée de Boissay, pour la cérémonie de la pose de la première pierre de l’extension de l’établissement.
En ouverture, Pierre de Bizemont retraça l’historique du bâtiment, château de la fin du XVe siècle, modifié au XVIe et remanié à la fin du XVIIe. Pour la petite histoire, bien que n’étant jamais venu dans ces lieux, Benjamin Franklin conseilla et suivit la pose de sept paratonnerres sur le château et les communs, Boissay fut en quelque sorte un précurseur.
Acquis dans des conditions équivalant à un don, à condition d’en faire une école pour former les jeunes femmes du monde rural, « Boissay est aujourd’hui un établissement catholique mixte privé sous contrat, à la pointe du progrès en ce qui concerne l’aide à la personne, un des plus performants de ce type dans la région », dira Pierre de Bizemont. Lire la suite

Pascal Balmand : « Plus de deux millions d’élèves font leur rentrée dans l’enseignement catholique en France »

13897054662327981551Combien d’élèves effectuent-ils leur rentrée dans le premier et second degré ? Les effectifs sont-ils en hausse ?

Plus de deux millions d’élèves rentrent dans l’enseignement catholique. Nous n’avons pas encore les chiffres exacts mais nous les communiquerons début octobre.

Quels sont les enjeux et les objectifs de l’année scolaire 2017-2018 pour l’enseignement catholique ?

Nous avons à la fois des enjeux internes liés à l’enseignement catholique et des enjeux liés à l’institution catholique.

Il est important de souligner le travail d’éducation au dialogue culturel et interreligieux mené dans l’école catholique. Nous organisons une Journée nationale à la Conférence des évêques de France (CEF) le 13 septembre qui marquera le lancement officiel d’un document sur lequel nous travaillons depuis des mois. Nous mettons en avant cette problématique qui nous tient à cœur et nous allons nous employer à travailler avec les diocèses et les établissements dans les années à venir. Le deuxième chantier sur lequel nous travaillons depuis un an, est l’approfondissement de notre politique de formation interne pour les professeurs, le personnel et les bénévoles. Nous souhaitons développer une politique de formation initiale et continue qui soit au service du projet de Lire la suite

Le collège Saint-Joseph de Vendôme signe pour le sport

ST JO CONVENTION SPORTSLe collège Saint-Joseph de l’enseignement privé vient de signer avec la Ville de Vendôme une convention de mise en place de classes à horaires aménagés dans le domaine sportif. Une première avec les sections handball et tennis de l’Union sportive du Vendômois (USV) qui pourrait se répéter pour d’autres disciplines comme l’athlétisme, la natation, la gymnastique, le judo…

Ces classes à horaires aménagés sports (CHA sports) concernent les élèves des classes de 6e et sont mises en place dès cette rentrée. « C’est sur la base du volontariat que ces horaires sont proposés aux élèves », souligne Olivier Daudé, chef d’établissement.
« Il s’agit d’aider les élèves à concilier études et pratique approfondie d’un sport », ajoute Paul Cruchandeu, initiateur du projet, enseignant de longue date d’éducation physique dans l’établissement et ancien adjoint aux sports de Vendôme. « Un peu comme l’aboutissement d’une vie professionnelle qui s’achève », ajoutait-il lors de la cérémonie de signature par Pascal Brindeau, maire et Olivier Daudé, en présence notamment de Séverine Durin, présidente de l’USV, de Sam Ba, adjoint de l’Éducation et des sports, de plusieurs représentants des comités sportifs départementaux, des animateurs des clubs…
Ainsi, la Ville s’engage à mettre ses installations à disposition de deux associations partenaires et du collège, en respectant les plages horaires d’utilisation définies au préalable. Il s’agit du gymnase Gérard-Yvon le jeudi de 15 h 45 à 16 h 30 et des terrains de tennis rue Geoffroy-Martel le mardi de 15 h 45 à 16 h 30.

 

Texte et photo La Nouvelle République E.V.
OEIL

Pas de doute, c’est la rentrée !

Les familles se bousculent à l’entrée des écoles, les parents ont du mal à lâcher la main des enfants, on entend quelques pleurs mais aussi des rires … et la sonnerie retentit pour lancer l’année scolaire.

Lors de la journée de pré-rentrée, le Directeur diocésain, Bruno Chauvineau, a rassemblé de nombreux enseignants autour de cette prière  :

« Seigneur, aide l’enseignant à devenir le messager de l’équilibre spirituel de la vie de ses élèves » :
« Seigneur, aide  chaque enseignant, chaque éducateur, chaque personnel à exercer sa mission première qui est d’enseigner et d’éduquer, sans perdre le contact vivant avec les élèves en se renouvelant par une résurrection quotidienne. Aide-le surtout à comprendre et à aimer ceux qui lui sont confiés, cela malgré la différence d’âge et de formation, afin qu’ils s’épanouissent chacun différemment, chacun selon sa personnalité, selon ses goûts, afin qu’ils découvrent l’amour plutôt que la haine, la fraternité plutôt que l’égoïsme, l’ascèse plutôt que la facilité, l’espérance plutôt que la tristesse. Aide-le à devenir le messager fidèle, humble, tenace et efficace du Message évangélique porteur du dépassement, des grandes aspirations, de l’équilibre spirituel de la vie. Amen. »

Louis Leprince-Ringuet (1901-2000)

Sur la route des vacances …

IMG_3883Les bureaux de la Direction diocésaine ferment leurs portes jusqu’au 21 août. La voiture comme les personnes vont souffler une peu.

Toute l’équipe vous souhaite de très bonnes vacances !

Saint-Vincent-Père Brottier labellisé Eco-Ecole !

BLOIS ECO ECOLE  - 2L’établissement Saint-Vincent – Père-Brottier vient de se voir attribuer le label Eco-Ecole, programme international d’éducation au développement durable, développé en France depuis 2005 par l’association Teragir. Cette labellisation s’est articulée autour d’un projet mené par un comité de pilotage composé de représentants d’élèves de chaque classe de l’école élémentaire, et des CM2. Depuis la rentrée, ces écoliers motivés se sont réunis chaque mois autour d’Emmanuelle Blaize, enseignante et coordinatrice du projet. Régulièrement, ils ont mené des actions symboliques en faveur du tri des déchets et du gaspillage alimentaire : sapin de Noël composé de bouteilles plastique, totems de carnavals en cartons et objets divers, dépôt des épluchures au compost du jardin de l’école… « Ils ont dû, pour la première fois, prendre contact par mail avec des professionnels d’Agglopolys en vue d’interventions dans les classes » souligne Emmanuelle Blaize. « On est contents et fiers d’avoir aidé au recyclage, et d’avoir motivé les gens » ont confié Thiphaine, Mathéo, Matthias et Aymen qui, lui, était pourtant sceptique au départ. Aujourd’hui, le jeune garçon, qui rentrera au collège à la rentrée, regrette de ne pouvoir poursuivre l’an prochain cette aventure prévue sur trois ans. Mais les habitudes sont prises, et nul doute que les jeunes membres du comité de pilotage continueront à entraîner leur entourage à avoir de bons réflexes. Comme Mathéo qui a poussé ses parents à se munir d’un composteur.

Texte et photo La Nouvelle République

OEIL

Jean-Michel Blanquer veut une rentrée scolaire en musique

fotolia-90643537-subscription_0_729_487La musique, on le sait, adoucit les mœurs. Elle pourrait aussi atténuer les appréhensions liées à la rentrée scolaire, en tout cas, contribuer à faire du premier jour d’école un moment plus convivial, plus festif, plus détendu. C’est à tout le moins la conviction du nouveau ministre de l’éducation, Jean-Michel Blanquer.

Dans un communiqué de presse publié le mercredi 21 juin, en pleine fête de la musique, l’hôte de la rue de Grenelle propose ainsi à tous les établissements – écoles, collèges comme lycées – de participer, le 4 septembre prochain, à une opération intitulée « La rentrée en musique ».

Une façon de souhaiter la bienvenue aux nouvelles élèves

Son principe consiste à mobiliser les élèves déjà présents l’année précédente afin qu’ils accueillent en musique les nouveaux venus. Une façon originale de leur souhaiter la bienvenue.

S’il existe une chorale dans l’établissement, elle peut bien sûr être mobilisée. Mais cet accueil peut revêtir toute autre forme (simple chanson entonnée avec les enseignants, contribution d’élèves pratiquant un instrument à l’extérieur de l’école, etc.). Le ministère indique aussi que les parents d’élèves pourront eux aussi, s’ils le souhaitent, être mis à contribution, de même que le milieu associatif, les institutions culturelles et les collectivités locales.

« Bâtir l’école de la confiance »

Cette démarche s’inscrit plus largement dans le projet – évoqué à plusieurs reprises par le ministre de l’éducation Jean-Michel Blanquer et qui reste à préciser – de développer la pratique musicale collective, essentielle selon lui pour « bâtir l’école de la confiance ».

Elle n’est pas sans rappeler des initiatives menées à l’étranger. En Belgique, dans certaines écoles, les enfants sont ainsi accueillis chaque matin au son de la musique classique. « Une manière de débuter la journée de classe dans une ambiance sereine », approuve Sébastien, un père de famille dont les enfants ont, à Bruxelles, bénéficié de cet accueil en douceur lorsqu’ils étaient scolarisés dans le premier degré, il y a quelques années. (Article de La Croix)

OEIL

La france de l’athlétisme UGSEL à Blois

800 jeunes réunis par l’UGSEL à Blois

Sportivement, les championnats de France Ugsel d’athlétisme qui se sont déroulés vendredi et samedi au stade des Allées de Blois ont été une grande réussite pour les athlètes du département. Après la 2e place d’Inès Vrillon (LEAP Boissay), hier, au concours du javelot (34,33 m), trois nouveaux Loir-et-Chériens sont montés sur le podium.

Trois athlètes au sprint à l’arrivée d’un 800 m et qui terminent dans la même seconde : ça dit beaucoup de l’intensité de la course. « Je ne suis pas du tout déçu de ne pas avoir gagné, dit Marc-Antoine Drouhin (Lycée catholique de Pontlevoy) qui a fini à 36 centièmes de seconde seulement du champion vendéen avec un temps de 1’59 »70. En fait, je suis satisfait de mon podium, car j’ai eu une saison très compliquée. » L’ado de Montrichard a été à l’arrêt de septembre à mars en raison d’une tendinite au genou. « La forme est revenue au bon moment », a-t-il lâché dans un grand sourire, une expression immortalisée par son papa, prof d’EPS dans son lycée.

«  La place, c’est la récompense  »

Makaya, l’ailier qui se transforme en fusée. Personne n’a vu arriver Isaac, et lui-même est le premier surpris. « J’ai commencé l’athlétisme il y a trois semaines. Avant je jouais ailier au RC Blois (réserve). Sans entraînement et sans technique, ça aurait été cruel de gagner le titre par rapport à ceux qui travaillent depuis très longtemps. » Avec un joli temps de 22 »81, la fusée congolaise Makaya, élève de terminale STMG de La Providence Blois, est montée sur le podium du 200 m juniors (3e) et ne se soucie pas trop encore du jour où il devra faire son choix. « J’aime les deux sports. Mais en fonction de mes études ou de mon travail, j’irai vers celui où les entraînements seront les plus courts. » Pour l’instant, l’athlé semble tenir la corde. Là où sa marge de progression est énorme.

Pour Ines Vrillon (LEAP Boissay) qui est sacrée vice-championne de France du javelot avec un lancer à 34,33 m, ces nationaux d’athlétisme seront aussi un beau souvenir.
Le concours de la perche est toujours une curiosité et la présence de Valentin Roiron (La Providence) a renforcé l’intérêt. Bonne pioche car l’élève en première bac pro élec a terminé à la 2e place avec un saut à 3,63 m, son record, mais très loin de l’inaccessible vainqueur (4,80 m).  A l’image des 800 jeunes qui ont participé à ces France, Valentin Roiron va en garder un très bon souvenir. « C’est très valorisant ce genre de compétition. C’est le rêve de tout athlète de participer à des championnats si relevés. » « Cette première journée a été une réussite, a commenté Paul Cruchandeu, le responsable de l’organisation. J’ai beaucoup apprécié l’engagement des enseignants. Ils ont prouvé à leurs élèves qu’ils savaient s’investir à fond pour eux. »

Singapour à Vendôme !

20170531_091341_resizedSur l’invitation de Sabine Félix, chef d’établissement de l’école Notre Dame de Vendôme, environ 35 enseignants se sont retrouvés à Vendôme le 31 mai dernier pour écouter Monsieur NEMO, directeur/fondateur de la librairie des écoles. Cette entreprise édite la méthode de mathématiques dite « de Singapour ».

Monsieur NEMO a expliqué l’historique de la méthode qui a aidé les écoliers de ce petit pays d’Asie à devenir régulièrement premiers au classement PISA.

Quelques grands principes de la méthode :

  • Elle est centrée sur l’essentiel.
  • L’approche des notions y est explicite.
  • Le raisonnement est abordé très vite et pour toutes les notions.
  • Le déroulement d’une séance est basé sur 3 parties : concret, puis imagé et enfin abstrait.

Monsieur NEMO a aussi évoqué les nombreux « ponts didactiques » entre cette méthode et la pédagogie Montessori. De nombreuses questions, tant organisationnelles que pédagogiques ont suivi cette présentation très intéressante.