La Providence à Blois : ils épaulent les étudiants dans leur recherche de stage

Aider les jeunes à décrocher un stage en période de crise : c’est la mission que se sont fixée des professeurs et référents au lycée La Providence de Blois.

C’est un vrai réseau que l’on a entretenu. Au lycée La Providence de Blois, une équipe de référents et de professeurs sont totalement mobilisés pour que les étudiants décrochent un stage en cette période de crise économique, engendrée par la crise sanitaire.

Davy Mardon, directeur délégué aux formations professionnelles et technologiques, résume la pensée de chacun : « Je me bats pour les jeunes, pour les aider à avancer ».
« Nous avons activé tout le réseau » Les étudiants de BTS de deuxième année du lycée La Providence ont, comme les autres, subi de plein fouet les deux confinements. La professeur Stéphanie Aguilaniedo, référente de la STS Support à l’action managériale, rappelle d’abord que les stages de première année ont été annulés et reportés à la deuxième année. Dès septembre donc, ces étudiants de BTS se sont mis en quête de la perle rare.

Mais ce ne fut pas simple, explique Vincent Peschaud référent de la STS Économie sociale familiale et du diplôme d’État de conseiller en Économie sociale familiale :

Je ressens chez les étudiants une grande inquiétude. C’est super-compliqué. L’absence de stage en première année fait que la recherche de stage en deuxième est plus difficile.Vincent Peschaud, référent de la STS Economie sociale  familiale au lycée La Providence à Blois.

D’abord le lycée a créé une plateforme qui les aide dans leur recherche. Ensuite, référents des formations et directeurs «font le point très régulièrement » avec eux sur l’avancée de leurs recherches.

Il faut trouver le bon équilibre entre venir en aide aux jeunes… sans les assister complètement« C’est ambigu et un peu compliqué, résume Vincent Peschaud : on voudrait qu’ils soient autonomes. » « Quand on sait qu’il va y avoir une faiblesse, on fait jouer nos réseaux », résume Virginie Doré, directrice adjointe du pôle Enseignement supérieur et du lycée professionnel.

Stéphanie Aguilaniedo, référente de la STS Support à l’action managériale, approfondie : « Nous avons fait du phoning, nous avons activé tout le réseau » composé « d’anciens étudiants, salariés de telle ou telle entreprise ».

Ils se félicitent d’avoir eu des retours : « Nous avons ressenti énormément de bonne volonté. Ils ont bien compris que l’on était dans une période exceptionnelle. » Une aide qui a particulièrement fait chaud au cœur à Patricia Moreau, professeure référente des BTS commerce international, secteur particulièrement concurrentiel.

Les résultats des recherches dépendent des domaines d’activité : en économie sociale familiale « C’est compliqué, on ressent de la frilosité sur le terrain », reconnaît sans problème Vincent Peschaud.

Parfois le stage « ne permet pas de répondre à tous les objectifs dans leur référentiel », admet quant à elle Virginie Doré. Le second confinement (du 30 octobre 2020 au 15 décembre 2020) a poussé les étudiants à télétravailler : Stéphanie Aguilaniedo évoque « un moment de grand flottement ». Bref, pour les étudiants, cette période « est plus compliquée ».

Texte et photo : La NR

Dialogues en territoires

IMG_5195La seconde édition des « Dialogues en territoires » vient de s’achever à Orléans. Cette rencontre annuelle invite tous les acteurs de l’Enseignement catholique régional à dialoguer avec leurs environnements (institutions, entreprises, partenaires …).

Après avoir travaillé le thème de la ruralité, c’est autour de la réforme des formations professionnelles que nous nous sommes rassemblés à l’Espace Saint-Euverte d’Orléans. L’enjeux pour la région Centre-Val de Loire est important. Il s’agit de permettre aux lycées professionnels et techniques d’être vraiment à l’écoute des acteurs économiques de leur territoire afin de répondre au plus près des besoins, pour l’emploi des jeunes. Avec des intervenants de la Région, du Medef, de Renasup, de l’Académie, de Pôle Emploi et d’entreprises, les tables rondes ont été très instructives. Quatre ateliers ont permis à ces mêmes participants d’aller plus loin dans leurs dialogues.

Des lycéens coachés à Saint-Jo de Vendôme

Rencontres St Jo 2Vingt-cinq chefs d’entreprise, animateurs, élus, membres d’associations… issus d’horizons différents ont répondu présents jeudi dernier à l’invitation de l’équipe pédagogique de Saint-Joseph. Pour un temps d’échanges, ils ont accepté de devenir coach référent !
Après un moment de convivialité, Olivier Daudé, chef d’établissement, et Marie Anginot, de la société Ecofit ont présenté le projet de parrainage proposé aux élèves durant leur formation en bac pro commerce et accueil. Chacun pourra être guidé par un référent professionnel.

Merci à La Nouvelle République

OEIL

Forum des métiers au lycée La Providence : les jeunes se rencontrent grâce à l’Apel.

IMG_3355IMG_3354Près de 400 élèves de troisième se sont rendus au grand lycée de Blois pour deux journées d’échanges autour de leur avenir, organisées par l’association des parents d’élèves du département.

Premier temps fort, les interventions de Benoît Jahény, l’expert des intelligences multiples, auprès des élèves et de leur professeur principal, pour décortiquer ce qui se passe dans chacun des cerveaux présents. Quelle est mon type d’intelligence, comment suis-je capable de mieux apprendre, comment mieux me connaître et reconnaître l’autre ?

Second moment important, les échanges entre lycéens et collégiens. Tous ont assisté à de formidables témoignages de lycéens, devant des collégiens très attentifs et intéressés par ces confidences très personnelles des « grands ». Où l’on entend des lycéens qui reprennent confiance, qui se projettent vers des études longues après avoir douté de leurs capacités, et qui rétablissent la qualité des études « techniques » et « professionnelles » injustement décriées au collège.

L’IFC-PRO de la Providence propose des formations pour adultes

Les titres professionnels de 6 mois et BTS en un an proposés par le lycée La Providence de Blois reprennent au Printemps.

2 réunions d’informations sont programmées en Janvier : le Mercredi 20 à 14h et le Vendredi 29 à 9h.

Ces formations certifiantes sont principalement dédiées aux salariés d’entreprise, aux demandeurs d’emploi, ou aux personnes cherchant à se reconvertir vers de nouveaux métiers.

Si cela vous intéresse, n’hésitez pas à appeler au 02.54.56.43.16 pour vous inscrire à cette réunion. Ainsi, vous saurez tout sur ces formations !
Réunion d'information titre pro IFC PRO

Devenir enseignant suppléant

TractSuppéances

Réunion d’information à Blois jeudi 10 décembre à 18h.

Ca peut intéresser vos proches, parlez-en autour de vous !

Forum d’entreprises au Lycée la Providence de Blois

BLOIS 10/11/2015 FORUM PROVIDENCE - 1Sous la responsabilité de Georges Da Silva, chef de travaux, le lycée de la Providence a organisé mardi son premier forum d’entreprises à l’attention des classes de bac pro et de BTS. « Nos objectifs sont nombreux, précise-t-il, le principal étant pour nos jeunes de se faire connaître des employeurs potentiels, que ce soit pour leurs stages ou pour un job d’été. » Vingt-quatre entreprises dont l’activité répond aux filières de l’établissement (sanitaire et social, métiers du tertiaire et électro-technique) se sont ainsi mises à la disposition de quelque trois cents élèves qui ont déferlé, par vagues de cent, durant la matinée. Pour Élise Rilly, de l’association ASLD (Accueil, soutien et lutte contre les détresses), la démarche était nécessaire : « Il est difficile pour les jeunes de trouver un employeur pour leurs stages de longue durée. Nous insistons beaucoup sur leur positionnement professionnel. » Jean-Yves Duduyer, représentant l’association Ingénieurs et Scientifiques de France, détaille à son auditoire, très masculin et très attentif, les qualités requises pour s’engager dans ce métier qui concerne des activités très variées.
Pauline, en 2e année de BTS de SP3S (Services et prestations des secteurs sanitaire et social), se montre satisfaite de son tour de piste : « Toutes ces personnes nous proposent beaucoup de choses. Je pense avoir trouvé mon stage et peut-être aussi du travail pour le soir, les vacances et les week-ends. »

Texte et photo La Nouvelle République (Chantal Lané)
BOUTONLIEN

L’orientation (scolaire) d’un enfant, un sujet aussi délicat que pavé de bonnes intentions.

Image

Voici un article paru dans « La Vie diocésaine ». Mai 2013 n° 19

 « Orienter » signifie désigner l’orient, trouver la lumière. Il convient déjà de trouver un équilibre entre orienter un élève et l’aider à s’orienter, c’est-à-dire être acteur de son avenir. Le chef d’établissement du col!ège Notre dame de Vineuil nous conseille.

Avec un objectif, l’enfant sera plus motivé et accordera une valeur ajoutée aux obligations scolaires qui présentent alors un certain intérêt.

Mais cette fameuse motivation que les adultes décrètent s’apparente souvent à une injonction stérile. Parce qu’elle implique angoisse et inconfort, l’orientation nécessite du temps et un vrai dialogue.

L’adolescent sait confusément qu’il va quitter son établissement et sa famille pour devenir une personne dans le monde. Il faut l’aider à donner du sens à ce qui l’entoure et à ce qu’il imagine.

Si possible, la discussion avec l’adolescent ne doit pas seulement porter sur la question des échéances scolaires (stimuler, oui, oppresser, non) : il importe d’entendre différents témoignages, de s’ouvrir sur l’extérieur et de modifier ses modes de représentations (ou de les créer !).

N’oublions pas que l’adolescent devant s’orienter est encore en devenir, il a droit au tâtonnement, d’autant plus que les filières post-bac permettent bon nombre de bifurcations, de « rebonds ».

Une approche anthropologique donne un certain nombre de paramètres :

1)    Se baser sur des résultats à un moment donné sans prétendre lire définitivement l’avenir.

2)    S’efforcer de réfléchir sur le parcours possible de l’élève et pas seulement définir un profil type.

3)    Donner les moyens à l’adolescent de s’exprimer sans l’influencer.

4)    Refuser la hiérarchie implicite des filières (apprentissage, cursus technologique, université, classes Prépa…).

5)    Proposer à l’élève des interlocuteurs variés pour découvrir les réalités sociales.

6)    Développer un propos comportant toujours une ouverture, des éléments favorables à la projection dans l’avenir.

Jean-Cyrille Péroteau.

Trois conseils d’orientation.

Dire la vérité est nécessaire mais toujours à la lumière de l’espérance, pour que l’adolescent puisse grandir.

Il convient d’ouvrir des champs de possibilités car on ne peut parler de vraie croissance sans éducation au choix. Et qui dit choix dit altérité.

Orienter, c’est porter un regard à la fois lucide et bienveillant, non démagogique et encourageant.