La Providence à Blois : les bac pro sous le feu des projecteurs

Un court-métrage primé et un soutien précieux pendant la crise du coronavirus ont permis de mettre en lumière les terminales ASSP de La Providence.

Madame la thanatopractrice. C’est le titre du court-métrage qui a permis aux élèves de terminale ASSP (Accompagnement soins et services à la personne option domicile ou structure) du lycée La Providence de décrocher le clap d’or dans la catégorie « Meilleure réalisation », dans le cadre du concours régional « Je filme le métier qui me plaît » dont le but est de « développer les compétences numériques des jeunes en participant activement à leur parcours d’orientation ». Une première pour l’établissement blésois.


« Séquence pédagogique » 

Comme son titre l’indique, ce mini-film, de 3 minutes et 2 secondes, met en avant le métier de thanatopractrice – professionnelle pratiquant des soins de conservation ou de présentation sur le corps des défunts. Emma, qui a dû jouer la morte, évoque « une expérience assez bizarre ».
Une récompense qui vient sanctionner une « séquence pédagogique » dédiée au « travail en équipe », explique Magda Grib, leur enseignante en STMS (Sciences et techniques médico-sociales). « Elles ont dû faire preuve de beaucoup de maturité. Ce concours a ouvert le champ des possibles. »
« Psychologiquement, je pense que c’est assez difficile d’exercer le métier de thanatopractrice, il faut avoir du sang-froid », imagine Florine qui pense plutôt s’orienter vers une carrière « d’éducatrice spécialisée ».
L’autre actualité pour les élèves d’ASSP est liée à la crise du coronavirus. Malgré leur jeune âge, une quinzaine d’entre eux sont montés au front pour « renforcer les effectifs » des professionnels de santé au sein de structures sociales, médico-sociales ou à domicile, explique Magda Grib. Des établissements dans lesquels ils avaient réalisé leurs précédents stages, ce qui, selon cette dernière, « témoigne d’une preuve de confiance à l’égard de notre lycée professionnel et la formation ASSP qui y est dispensée »« Moi-même, poursuit Magda Grib, j’ai été appelée par le centre hospitalier de Blois », preuve, selon elle, « des égards » que l’on porte au lycée La Providence.


« La voie professionnelle une voie d’excellence » 

« J’ai été contactée par un Ehpad, La Maisonnée Saint-François, pour y travailler deux jours par semaine en tant qu’agent des services hospitaliers (ASH) », raconte la jeune Zoé qui avait à charge « d’entretenir les locaux » ou tout simplement « de passer du temps avec les résidants ». Pour Angélique, cette crise sanitaire n’a fait que la « conforter » dans son choix d’opter pour ce baccalauréat.
Si les élèves disent leur « fierté » d’avoir pu contribuer à la lutte contre le coronavirus, il est en revanche encore trop tôt selon Magda Grib pour savoir si cette crise – et le soutien aux soignants qui en a découlé – suscitera des vocations. Cependant, cet épisode aura permis, se félicite la professeure, d’avoir démontré que « la voie professionnelle est une voie d’excellence ». Voir le film

Texte et photo La NR

La Pro de Blois et l’hiver suédois

5e23ba367a5355e3178b4928Du 6 au 10 janvier derniers, 15 élèves de La Providence de seconde bac pro MRC, 1re STI2D, 1re STMG et terminale STMG euro se sont rendus en Suède dans le cadre d’un projet Erasmus « Entreprendre pour apprendre ». L’objectif de ce projet étant de développer les compétences entrepreneuriales et linguistiques de ces jeunes, ils étaient sur place en immersion avec leurs homologues suédois de la Thoren business school d’Helsingborg, ville située au sud de la Suède. Sur place, ils ont visité des entreprises, spécialisées notamment dans la valorisation des déchets, ont eu beaucoup de séances de travail avec leurs homologues suédois et ont découvert la culture et la gastronomie suédoise. Fin mars, les jeunes Suédois et leurs enseignants seront à Blois pour la suite du projet.

Texte et photo : la NR

Merci Maryse Clerc !

5b47f7b29deda4e25f8b45d8Vendredi dernier, une nombreuse assistance se pressait dans les jardins du lycée de La Providence pour rendre hommage à l’action de Maryse Clerc, cheffe d’établissement qui partira prochainement à la retraite.
Françoise Lesavre, représentante de la communauté des Filles du Cœur de Marie, a salué l’engagement dont a fait preuve l’intéressée tout au long d’une carrière de trente-huit ans au service de l’enseignement donné dans cet établissement. Maryse Clerc a intégré La Providence en 1980, après avoir occupé le poste d’adjointe de direction. C’est en 2005 qu’elle est nommée aux fonctions de cheffe d’établissement où chacun a pu mesurer ses compétences et ses capacités de gestion comme l’ont souligné Mme Boire, présidente du conseil d’administration de l’association gestionnaire de La Providence, et Bruno Chauvinot, directeur diocésain.
Unanimement reconnue comme une « femme de caractère qui a assuré en bon capitaine le développement du lycée catholique » – seul à ce jour en France à être certifié ISO 9000 – il lui a été décerné à cette occasion la médaille d’or de l’enseignement catholique. La cérémonie s’est poursuivie sur une note conviviale apportée par les représentants de l’Apel, puis par le personnel de la communauté éducative avec, comme un clin d’œil, une aubade donnée à son intention. Caroline Guichon, en provenance de Niort (79) où elle dirige actuellement l’ICSSA (Institut catholique supérieur Saint-André) qui lui succédera à la rentrée prochaine.

Texte et photo La Nouvelle République

L’eurodéputée Angélique Delahaye au lycée La Providence de Blois

députée europe - 1Mardi dernier, un échange était organisé au lycée la Providence entre les élèves de classes de seconde GT, de 1reSRMG et l’eurodéputée Angélique Delahaye, membre de la commission environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire du Parlement. L’élue se prêtait volontiers à ce type d’exercice « pour peu qu’on me fasse appel car c’est toujours très enrichissant je me déplace volontiers d’autant qu’aujourd’hui les questions des jeunes ont été spontanées et d’actualité. 

Les métiers du développement durable

Au centre des débats de la matinée, le développement durable avec des questions portant sur les métiers de demain, le gaspillage alimentaire, préoccupation sur laquelle l’élue (aussi agricultrice) est particulièrement engagée, le fonctionnement du Parlement européen et les modalités de travail avec les représentants des autres pays membres, etc.
En conclusion de cette rencontre, Antoine Rouif et Léone Balland, élèves de terminale sciences et technologie de l’industrie et du développement durable accompagnés de leur enseignant, président de l’association Sécuri-Vie, David Rouillé ont présenté à la députée deux des inventions qui ont été primées début mai au Salon de l’innovation à Barcelone où ils se sont rendus pour la première fois. Ils ont obtenu la médaille d’or pour le blouson équipé de leds lumineux pour protéger les conducteurs de motos et pour la balise de sécurité qui permet de se signaler en cas d’accident automobile. Ce prototype ils l’ont déjà présenté au concours Lépine, « C’est une invention similaire qui l’a remporté cette année, notre projet a tout simplement été détourné », constatait particulièrement amer David Rouillé.

Texte et photo La Nouvelle République

OEIL

Des médailles d’or à Barcelone pour les élèves de La Providence

Vingt lycéens de première STI2D et Seconde GT se sont rendus du 2 au 8 mai à Barcelone au salon de l’innovation Barcelona Innova.IMG_4296

Bilan du concours :

  • Médaille d’Or pour le blouson lumineux
  • Médaille d’Or pour le gilet de sauvetage
  • Médaille d’Or pour la balise de sécurité

A noter que la participation à ce salon s’inscrit dans le cadre de l’association Securi-Vie créée en  1999. L’objectif est d’inventer et réaliser des montages avec les élèves afin de réaliser une sensibilisation par l’action à la sécurité routière. En 2016, 7 médailles avaient été obtenues au Concours Lépine dont 2 médailles d’or.

Les 3 médailles obtenues à Barcelone représentent une magnifique récompense pour l’investissement des élèves et de leurs professeurs et sont très porteuses d’avenir pour ces jeunes en formation.

Tous concernés par le handicap !

BLOIS - HAND.PROVIDENCE - 17/11 - 2Le handicap, on est tous concernés. C’est sous ce slogan que s’est déroulée la journée dédiée au handicap au lycée de la Providence. Jeudi, dès 9 h 30, Maryse Clerc, chef d’établissement, présentait le programme. Un grand nombre de manifestations ont été prévues à l’attention des élèves sous la forme d’ateliers animés par différentes structures (Association des Paralysés de France (APF), Handi’sport, Handi’Chiens, association des sourds de Loir-et-Cher Calm, Entraide Naissance Handicap). La visite de la Maison bleue, avenue Maunoury, a permis à ce jeune public de constater que l’on pouvait continuer à vivre chez soi lorsqu’on est âgé ou handicapé dès l’instant où l’on bénéficie d’aménagements et d’équipements adéquats.
Au cours d’une table ronde animée par Kristof Colliot, de l’APF, deux jeunes en fauteuil et un moniteur de tennis spécialisé sont venus apporter leur témoignage. Manon Bertrand, ancienne élève, ayant perdu l’usage de ses jambes après un accident de voiture, s’est prêtée avec naturel aux questions des élèves : « Est-ce que ça te gêne qu’on te montre de la pitié ? ». La réponse ne s’est pas fait attendre : « Et toi, tu aimerais ça ? » Il est ressorti de ses propos une formidable force de vie : « Je m’amuse énormément, je sors avec mes amis, je fais des choses que je n’aurais pas faites auparavant, comme un saut en parachute. » A ses côtés, Yohan, en cours d’adaptation, a déclaré se sentir encore « ciblé par les regards » et trouve du soulagement dans la pratique du hand ou du basket en fauteuil. A leur côté, le moniteur de tennis, Christophe Livet, a fait part de son expérience : « Il y a chez ces personnes encore plus de motivation que chez les valides ». Mathieu, élève de seconde, a fait une découverte : « J’ai compris qu’il ne fallait pas les aider s’ils ne le demandent pas. On peut faire du mal sans le vouloir ».

Texte et photo La Nouvelle République : Chantal Lané

PICTOLIEN

La Pro à l’antenne pour parler développement durable

émission radio - 1Jeudi dernier, la classe de seconde générale et technologique du lycée la Providence s’est installée au centre de documentation et d’information (CDI) de l’établissement pour l’enregistrement en direct, sur le site web radio de l’académie Orléans-Tours, d’une émission portant sur le développement durable. Le sujet traité à l’antenne était consacré à l’eau douce et ses enjeux : comment la préserver ? Pour cet entretien radiophonique les lycéens avaient fait appel à deux spécialistes du service assainissement d’Agglopolys afin de développer le thème durant dix minutes avec quatre d’entre eux, sous différents aspects. C’est grâce à Stany Bomet de Canopé, en charge de l’accompagnement au numérique dans les établissements scolaires du département, et à la préparation des élèves par Astrid Chauveau, professeur d’anglais, que cette diffusion a pu se réaliser. Si les échanges ont eu lieu en français, la langue anglaise s’est glissée dans l’enregistrement. « Dans mes cours j’introduis de plus en plus de petites chansons pour faciliter l’implication de mes élèves. Pour la circonstance, ils ont choisi de composer, sur des musiques instrumentales, du rap qui se manie bien en anglais, le tout a été pré-enregistré par sécurité », explique le professeur. Une manière originale de décrire en musique ce que doit être un engagement éco-citoyen et comment chacun doit se comporter !

Texte et photo La Nouvelle République PICTOLIEN

Une Eurodéputée au lycée La Providence de Blois

député européen à  la pro - 2C’est à l’invitation du lycée La Providence et plus particulièrement des classes de seconde GT et de première STMG et STI2D qu’est intervenue dans l’établissement en fin de semaine passée l’eurodéputée Angélique Delahaye. Pour cette rencontre plusieurs thèmes abordés sous forme de questions posées par les élèves, étaient à l’ordre du jour.

« C’est pour eux un excellent exercice, commentait Yacine Bendjador, leur professeur d’histoire-géographie. L’Europe est au programme, ils se livrent ainsi à une prise de parole en public et la préparation des questions développe leur sens critique c’est ainsi qu’ils deviendront des citoyens autonomes. » Angélique Delahaye également maire de Saint-Martin-le-Beau (37) s’est prêtée de bonne grâce à cette discussion. Après avoir évoqué les fondements de la création de l’Europe elle a livré à l’auditoire ses connaissances du fonctionnement européen. Le développement durable, l’environnement, le gaspillage alimentaire, les réfugiés constituaient l’essentiel des sujets débattus. Particulièrement travaillés sur la forme et sur le fond par les lycéens ils devaient permettre à l’élue de se prononcer sur chacun d’eux. Angélique Delahaye a su apporter des réponses étayées en illustrant à chaque fois son propos d’exemples précis. Sur la question des réfugiés, Margot, Imane, Keltoum et Arthur avaient bien préparé leur dossier. « C’est un sujet d’actualité qui nous touche, expliquaient-ils. C’est à partir d’un article du Monde sur les réfugiés que j’ai creusé ce sujet, celui-ci était intitulé La France, mauvaise élève, ajoutait Keltoum. La réponse de l’euro députée ne nous a pas rassuré mais on a compris que les états membres n’étant pas solidaires cette situation était compliquée à gérer. » Cette matinée enrichissante s’est conclue par les présentations par les élèves membres de l’association Securi-Vie de leurs récentes inventions primées au dernier concours Lépine où 7 nouvelles médailles leur ont été décernées et par l’étude préparée par des terminales pour le concours Graine de Boîte organisé par la Région Centre-Val de Loire.

 

Texte et photo La Nouvelle République : M.M. PICTOLIEN

Un forum d’orientation original à La Providence

Forum orientation prof - 1Les professeurs principaux des classes de première et de terminales Sciences et technologies de la santé et du social du lycée professionnel la Providence proposaient à leurs élèves, mardi après-midi, de participer à un forum d’orientation des carrières sanitaires et sociales original, puisque les intervenants étaient à peine plus âgés que ceux qu’ils rencontraient.
Les trente représentants de divers métiers qui sont venus informer, expliquer et rassurer les lycéens sur leurs futurs choix professionnels avaient pour particularité d’être d’anciens élèves. « Nous faisons appel depuis trois ans à des jeunes qui ont fait leur parcours de formation ici il y a peu et qui ont fréquenté les mêmes sections que nos élèves actuels. Ils sont en situation professionnelle ou encore étudiants », ont précisé Anne Leroux et Martine Coutant, professeurs. Dans ces conditions « les échanges sont bien évidemment plus faciles », ont assuré deux élèves qui se destinent au métier d’infirmière. Au cours des différentes tables rondes organisées, les 60 lycéens pouvaient questionner à leur aise Célia, jeune assistante sociale, Mégane, coordinatrice de projet à la Ligue de l’enseignement public dans un département voisin, Anthony, qui suit une formation en fac de sciences pour devenir responsable qualité en établissement médical, ou Cécilia, devenue technicienne de laboratoire après une formation du secteur social. « Je pourrai leur dire que même si leur orientation n’est pas la bonne au départ, c’est toujours formateur ! »

La Nouvelle République – Cor. NR : M.M

PICTOLIEN