Enfants et parents codent à l’école le samedi

 

C’est peut-être avec surprise que les parents ont découvert un nouvel enseignement dans l’emploi du temps de leurs enfants : le code. En effet, comme dans d’autres pays autour de nous, l’Education nationale a inscrit aux programmes de l’école et du collège une initiation à l’informatique, appelée « algorithmique », ou bien « fondements du numérique », ou encore « code », ou « informatique ». Plus précisément, « l’enseignement de l’informatique (codage, algorithmique) est introduit au collège et une sensibilisation au code est proposée à l’école primaire », ce qui s’ajoute aux cours déjà proposés au lycée.

L’idée n’est pas de faire des enfants de futurs informaticiens, mais plutôt de les initier à une nouvelle langue « vivante », pour mieux comprendre dans la numérisation des données.

Un coding-goûter pour apprendre en s’amusant

C’est ainsi qu’en s’appuyant sur les compétences et la générosité des trois membres de « LOIR ET CHER TECH » et du FabLab Robert Houdin de Blois, l’école Sainte-Marie La Providence a organisé le premier Coding-Goûter dans une école. Une vingtaine de paires « parent/enfant » sont venus apprendre les rudiments du codage grâce à des petites applications simples et ludiques. Bien sûr, la partie « goûter » n’a pas été oubliée, car le travail derrière les écrans, ça creuse !

Les écrans vont faire débat

Une soirée conférence/débat sera organisée au collège Saint-Joseph de Vendôme le jeudi 23 mars. La présence de la Gendarmerie Nationale permettra d’avoir une vision non-angélique des pratiques numériques et permettra sans doute de nourrir le débat.

Pédagogie personnalisée et numérique à l’école Sainte-Thérèse

Tablettes Saint LaurentL’établissement privé de Saint-Laurent-Nouan expérimente des créneaux de pédagogie personnalisée, en s’appuyant sur des outils numériques.

«  Apprendre par le jeu et s’auto- évaluer  »

L’école privée catholique est équipée d’outils tactiles depuis mars dernier. L’établissement entend les employer, notamment, au service d’une pédagogie personnalisée, explique la directrice Françoise Théry. « Les enseignantes de l’école sont formées depuis l’année dernière, poursuit-elle, en lien avec le travail, mené au niveau du diocèse, sur l’éducation à la relation. »
L’école Sainte-Thérèse compte environ quatre-vingt-cinq élèves. Pour les plus petits, la pédagogie personnalisée louée par Françoise Théry – qui a en charge une classe de toute petite, petite et moyenne section – ne passe pas encore par les tablettes tactiles, mais elle intervient à travers des jeux, souvent faits main, permettant aux enfants de maternelle de développer diverses compétences (les chiffres, le graphisme, les repères dans l’espace…).
Dans la salle de Laurine Miquet, un créneau d’une heure est dédié, tous les matins, au travail en autonomie des élèves, sur des sujets dans lesquels ils estiment pouvoir progresser. Ce temps leur permet « d’apprendre par le jeu, de s’auto-évaluer », estime l’enseignante, qui circule parmi les tables pour prodiguer ses conseils et répondre aux questions. La directrice croit en cette pédagogie pour faire grandir la confiance en eux qu’éprouvent les élèves.

Comment ça marche ?

> Laurine Miquet s’appuie également sur les nouvelles technologies lors de cours plus « classiques » pour paramétrer des exercices à destination de tous ses élèves – comme récemment, sur la notion de durée, abordée lors d’une leçon de mathématiques.
> Les tests peuvent prendre la forme de quiz, dont les questions s’affichent en grand sur un tableau blanc interactif – un peu à l’image d’un examen du code de la route. Les élèves répondent, chacun de leur côté, à l’aide de leur tablette.

Texte et photo Léa Bouquerot – La Nouvelle République PICTOLIEN

Peetch, pour se raconter des histoires.

capture-decran-2016-12-15-a-16-24-05Peetch est une application qui sera bientôt disponible pour les écoles (2017). Développée à Tours par une StartUp et accompagnée par François Jourdain  (DDEC37) pour un usage scolaire, c’est un outil d’écriture d’histoires coopératif.

Ça fonctionne comme ça :

  1. Le professeur donne ses consignes (personnages, lieux, contexte…)
  2. Les élèves et le professeur choisissent la longueur, le style et le titre de l’histoire.
  3. Guidés par l’outil, les élèves écrivent, seuls ou en groupes l’histoire les uns après les autres
  4. L’enseignant corrige et suit la progression de chaque élève
  5. Toutes les histoires terminées sont disponibles partout et tout le temps… même à la maison !

capture-decran-2016-12-15-a-16-23-20

A SUIVRE..

Herbault : l’école du Coeur Immaculé de Marie fait peau neuve

img_2934

Le 11 octobre, la communauté éducative de l’école du Coeur Immaculé de Marie d’Herbault accompagnée du maire de la commune, a inauguré les nouvelles classes et les équipements numériques fraîchement installés.

Bruno Chauvineau, directeur diocésain, est venu remercier et féliciter la nouvelle directrice Christine Daudé, et les membres de l’Ogec et de l’Apel (qui ont oeuvré personnellement et bénévolement pour les travaux) et les artisans et entreprises qui ont respecté leurs délais.

Des classes rénovées aux couleurs vives, des cloisons abattues, des vidéo-projecteurs interactifs qui vont permettre aux enseignantes de développer encore davantage ce qui fait la spécialité de l’école d’Herbault, la pédagogie personnalisé. Cette attention à chacun des enfants par des enseignantes passionnées est un des caractères de cette belle école .

Web radio en anglais au Lycée La Providence de Blois

radio proLe CDI (centre de documentation et d’information) du lycée la Providence était méconnaissable jeudi dernier, transformé en studio de radio pour cause d’émission enregistrée en direct sur le site web radio de l’académie d’Orléans-Tours ! 19 élèves de seconde générale se sont convertis en animateurs pour traiter en anglais d’un sujet éducatif actuel.

Ce projet a pu se concrétiser sous l’impulsion de Mme Chauveau, professeur d’anglais. « Au programme de cette année, une unité est consacrée à la web radio. Les jeunes se sont déclarés partants pour aborder ce thème. En traitant de l’école virtuelle et en recherchant sur Internet, ils ont trouvé comment passer de cette idée au concretl’adhésion de la classe a été spontanée », souligne-t-elle.
Près de Stany Bomet, enseignant détaché à l’atelier 41 de Canopé, anciennement CCPD (Centre départemental de documentation pédagogique) et en charge de l’accompagnement au numérique dans tous les établissements scolaires du département, chaque élève, à tour de rôle, a pris la parole. Casques sur les oreilles et parlant très près du micro, Hajar et Brice, animateurs principaux, donnaient le tempo, Valentin résumait en français les différentes interventions des autres animateurs et Etienne lançait les « jingles ».
Durant plus de 10 minutes, ils ont tenu l’antenne en s’exprimant aisément en langue anglaise pour expliquer de façon convaincante les avantages de l’école virtuelle. « C’était une expérience formidable et enrichissante », témoignaient Léandra, Brice et Valentin. Ils sont prêts à recommencer et en attendant leur émission peut être réécoutée sur le site web radio de l’académie (*).

(*) webradio.tice.ac-orleans-tours.fr

Texte et photo La Nouvelle République
BOUTONLIEN

Un moteur de recherche pour les 8 – 13 ans : Poussières des toiles

Découvrez le nouveau moteur de recherche pour les élèves du primaire, sans publicité, sans exploitation de vos données, pour effectuer des recherches sécurisées. Il a été conçu par une petite équipe d’enseignants, sous la direction de Jérôme Gaillard de la DDEC de Bayonne.

http://www.poussieresdestoiles.fr/Image 4

La visioconférence, une nouvelle façon de se voir

photoAu-delà d’un effet de mode, dû à une évolution des technologies de communication et une modification des comportements, cet outil s’avère être un avantage indéniable pour le monde éducatif. En ces temps d’économie responsable et dans un contexte difficile, la visioconférence a de sérieux atouts…

Temps de transport économisé, kilomètres non parcourus, frais de transport économisés, bilan carbone amélioré… Dans un diocèse comme le nôtre où les distances sont toujours trop longues, tout ça est à prendre en compte.

Pour toutes ces raisons, toutes les DDEC de la région Centre se sont équipées d’un système LADIBUG très simple pour les utilisateurs.

Cet outil destiné à la formation des étudiants qui limiteront leurs déplacements vers d’ISFEC de Tours sera également au service de quelques réunions blésoises comme il se répandra dans l’avenir dans les classes au service des apprentissages.

L’école de 2015

A quoi ressemblera l’école de 2015 ? Quelle sera la place du numérique dans cette école de demain ? Qu’en attendent les parents, les élèves, les enseignants ? Eléments de réponse en images, avec notre infographie.

(Source www.rslnmag.fr)

Image 12