Le collège Saint-Jo de Vendôme en hausse !

5b90772ce594fabb738b4568.jpgA tout juste 30 ans, le collège-lycée privé Saint-Joseph n’a pas fini sa croissance. L’établissement se développe sur de multiples tableaux. D’abord concernant ses effectifs : 421 élèves y ont fait leur rentrée cette année, contre 398 l’an passé. « Cette hausse provient surtout du collège. Nous passons de 263 élèves à 276 en un an », souligne le directeur, Olivier Daudé. Ce succès serait « consécutif à la mise en place de projets attractifs », comme « les classes à dominante sportive en 6e et 5e. » Au lycée professionnel, la hausse du nombre d’élève s’observe également. Ils étaient 55 l’an passé, et sont 65 cette année. Au lycée général, au sein duquel 80 élèves étudieront (contre 78 l’an passé), une autre nouvelle spécificité a séduit : la seconde connectée, sorte de « classe 2.0. » La possibilité d’effectuer des voyages solidaires, comme cette année en Équateur et au Mexique, a aussi pesé dans les décisions.
L’attractivité des bâtiments du collège-lycée vendômois sera, elle aussi, renforcée. « Au collège on a insonorisé toutes les salles, remplacé les néons par un éclairage led et refait la peinture. »
Bientôt un nouveau hall “ ambiance start-up ” Au lycée, une salle a été agrandie. « Et nous sommes en train de fermer le préau. On va en faire une salle de détente, avec une baie vitrée. L’inauguration pourrait avoir lieu début 2019. Lire la suite

Les nouveaux projets du collège et lycée Saint-Joseph de Vendôme

IMG_3432Après la création d’un nouveau logo et toujours dans l’optique de moderniser er redynamiser l’image des collège et lycée Saint-Joseph, le principal Olivier Daudé entouré par une équipe pédagogique très investie travaille sur de nouveaux projets pour les deux années à venir.

Tout d’abord, dès la rentrée prochaine, la création d’une classe pilote en 6e à pédagogie personnalisée inspirée par la méthode Maria Montessori. « Beaucoup de familles sont déjà intéressées par le projet ». Il s’agira de privilégier le travail en mini-ateliers et en autonomie pour tester de nouvelles notions. Trois professeurs (anglais, français et mathématiques) sont en cours de formation à ces méthodes. Si l’expérience de cette classe de démarrage donne de bons résultats, il sera envisagé d’étendre le dispositif pour cette classe jusqu’à la 3e.

Classe passerelle, Mexique et Equateur

Autre projet pour la rentrée 2017 « qui correspond à une réelle demande » la création d’une classe passerelle entre la 3e et la seconde pour les enfants en difficulté en 3e. Cette classe, adossée au lycée professionnel avec des cours professionnels et des cours spécifiques de remise à niveau ainsi que des stages en entreprises, servira en fait de classe de détermination. Elle permettra de rejoindre une seconde générale ou de faire le choix de rester dans une filière professionnelle en entrant alors directement en classe de première. Ce sera une classe à petit effectif de douze places maximum.
Également pour la rentrée, le projet que chaque élève entrant en seconde professionnelle puisse bénéficier d’un tuteur pour affiner le côté professionnel de son projet.
Sont aussi prévus des échanges culturels et de solidarité. Saint-Joseph a l’opportunité d’une proposition d’échanges avec le Mexique et précisément avec l’Instituto Lassale à Guanajuato. Ainsi des élèves aujourd’hui en seconde générale partiraient pour leur année de première en 2018 au Mexique et accueilleraient en échange des Mexicains pendant quinze jours.
Pour les secondes professionnelles actuelles, les élèves partiraient à l’automne 2019 en terminale trois semaines en Équateur pour valider leur stage de fin d’année et travailler sur des chantiers de solidarité. C’est un projet qui se monte sur deux ans avec l’aide de l’association Solidarité Partage France-Equateur. « Le but est de donner confiance aux élèves, qu’ils apprennent à se mobiliser, à rechercher des fonds, à créer le projet ».

Texte La Nouvelle République : Élisabeth Muzica

Une nouvelle plaquette pour Saint-Jo de Vendôme

En cliquant sur cette image, vous pourrez feuilleter la nouvelle plaquette de Saint-Jo.

capture-decran-2017-02-17-a-11-09-24

« Venez voir changer Saint-Jo »

A l’invitation d’Olivier Daudé, Chef d’établissement, une centaine de personnes a participé à la présentation du nouveau logo, des drapeaux, des oriflammes et du BDI rénové du collège-lycée Saint-Joseph de Vendôme.  Sous une pluie fine qui n’a découragé personne, cette foule attentive a suivi le parcours en quatre temps qui a débuté dans la rue coupée à la circulation pour la circonstance, afin de découvrir la nouvelle identité graphique de Saint-Joseph. Le long du bâtiment du lycée, les quatre valeurs « Respect, confiance, exigence et audace » s’exposaient sur des banderoles tandis que des élèves montaient les trois drapeaux français, européen et de l’établissement, au milieu de la cour. C’est Madame de Gouberville, ambassadeur de la Fondation Victor Dillard, qui prenait la parole pour accompagner ce premier levé.

L’équipe de l’établissement emmenait ensuite le groupe vers le préau pour détailler le travail des parents d’élèves qui ont rénové le BDI (bureau de documentation et d’information), outil indispensable pour l’orientation des élèves. Enfin, les invités étaient salués par Bruno Chauvineau, Directeur diocésain avant un verre et des crêpes partagés au sec dans le restaurant scolaire.

http://saintjoseph-vendome.com

Mini-entreprise à Saint-Joseph de Vendôme

COLLEGE SAINT JOSEPHPas de gros changements à Saint-Joseph avec des effectifs stables de 415 contre 420 l’an passé avec cinq élèves de moins en lycée professionnel et quarante enseignants dont six nouveaux. Au total, douze classes de collège, trois classes de lycée général et trois de lycée professionnel.

Et peu de travaux réalisés au cours de l’été, à part la réalisation dans la cour de la stèle d’une future statue en cours d’étude et le projet d’extension prévu à la fin du mois sur 20 m2 d’un petit préau ; la réfection totale de la restauration et de l’internat ayant été réalisée les années passées.
En fait, la grosse nouveauté de cette rentrée tient à la création symbolique d’une mini-entreprise destinée à la fabrication de mini-imprimantes en 3 D. Explication avec le chef d’établissement Benoît Morin, qui constate avec regret que les élèves sont souvent totalement ignorants des conditions de travail dans un milieu professionnel.
« Sur la base du volontariat, ce projet va concerner deux classes de 3e avec une classe de lycée professionnel, les secondes générales CIT (création innovation technologique). Vingt élèves au maximum vont ainsi travailler sur un programme de technologie issu du programme scolaire en interdisciplinarité avec les enseignants de français, anglais et arts plastiques à la conception et à la réalisation de vraie machine. Il s’agit de produire un objet à partir d’une commande précise pour un besoin précis. »
Pour ce projet, Saint-Joseph va s’appuyer sur les réseaux de la communauté d’établissements qui passeront commande pour recevoir tel ou tel produit. Ce sont Sainte-Cécile et Saint-Julien à Montoire, Saint-Jean-Baptiste à Coulommier-la-Tour, Notre-Dame à Herbault, Saint-Joseph à Authon et Notre-Dame à Vendôme qui « joueront » les clients.
Une façon pour les élèves de découvrir un peu le fonctionnement d’une entreprise pour la conception d’un produit, le calcul des charges, l’établissement d’un planning, l’organisation des équipes, la commandes des matières premières…
Reste encore à Saint-Joseph de trouver le nom de sa mini-entreprise pédagogique.

Texte et photo La Nouvelle République BOUTONLIEN