Des financements participatifs pour nos écoles

Le site de notre fondation est devenu une plateforme de crowdfunding comme Ulule ou Kiss Kiss Bank Bank. Nous croyons au financement participatif qui encourage le partage des projets et leur diffusion vers le plus grand nombre. Il y a tant à faire dans nos écoles !

Alors vous aussi choisissez un des projets présentés et partagez-les sur les réseaux !

www.fondation-dillard.org

La Fondation Victor Dillard se lance dans le financement participatif !

Avec la refonte totale de son site internet, la Fondation Victor Dillard permet maintenant de présenter des projets d’établissements aux donateurs. Une cour d’école à refaire, une façade ou un toit à rénover, un projet pédagogique à financer ? Chaque école peut maintenant déposer sur le site de la Fondation son dossier et prétendre à attirer de généreux donateurs.

Alors pour voir ces projets et contribuer à leur succès, rendez-vous sur www.fondation-dillard.org et partager ce lien à tous vos contacts ! Merci !

L’objet de la Fondation Victor Dillard est « le développement, sous toutes ses formes, de l’Enseignement catholique de Loir-et-Cher ». Elle oeuvre particulièrement pour l’immobilier des écoles, en permettant aux particuliers et aux entreprises de bénéficier d’économies d’impôts.
Elle est donc amenée à solliciter des donateurs afin de promouvoir l’Enseignement catholique.
La Fondation est présidée par l’évêque de Blois et reconnue d’Utilité publique par décret du 9 mai 2007.

La Fondation Victor Dillard dîne au lycée catholique de Pontlevoy

IMG_4660La Fondation Victor-Dillard, créée il y a onze années, présidée par Mgr Jean-Pierre Batut, évêque de Blois, est là pour promouvoir l’enseignement catholique du diocèse et aider les établissements scolaires de Loir-et-Cher. Elle a choisi d’organiser son dîner de bienfaisance à l’abbaye de Pontlevoy, vendredi 13 septembre. Étaient présents aussi le député Stéphane Baudu et Marie-Hélène Millet, du conseil départemental parmi les 72 invités.
L’abbaye héberge depuis peu le lycée catholique, qui redonne vie à ces lieux après 77 ans de silence. Son directeur, Vincent Le Flohic, a accueilli des élèves de première et terminale grâce au soutien de Mgr Batut, des bienfaiteurs, des amis et bénévoles de l’établissement, de la Communauté Saint-Martin et du fond de dotation de l’abbaye qui s’est constitué, ces derniers mois, pour permettre au lycée d’être locataire d’une partie de l’abbaye, propriété de la SCI Gelduin.
« Nous avons devant nous de nombreux chantiers : un chantier matériel avant tout, car il reste de nombreux mètres carrés à ressusciter ; des chantiers pédagogiques avec la réforme du lycée et l’arrivée des filières technologiques en lien avec La Providence de Blois : des chantiers éducatifs car chaque rentrée est un nouveau chantier pour accueillir chaque jeune ; un chantier spirituel à mener avec douceur et audace. Plus globalement, le lycée doit être un lieu de vie avec des projets éducatifs qui doivent se déployer sous le regard de Notre-Dame-des-Blanches, véritable propriétaire des lieux depuis 1034. »
Bruno Chauvineau, directeur diocésain, a évoqué les aides nombreuses apportées par la Fondation Victor-Dillard, notamment auprès des personnes en difficulté, et le bilan des dons et legs en cours.
Un chèque de 5.800 € (pour couvrir l’achat de mobilier scolaire) a été remis à la présidente de l’Ogec (Organismes de gestion de l’enseignement catholique) avant de remercier les 72 donateurs présents pour l’aide salvatrice qui permet d’œuvrer pour le bien de l’enseignement catholique du Diocèse de Blois. Pour conclure et avec humour il a ajouté : « Nous accueillons aussi, ce soir, tous legs chèques, billets et monnaies à l’ordre de la Fondation. » Applaudi, il a reçu un cadeau symbolique, la cravate du lycée de Pontlevoy. Le même présent a été offert à Georges-Marie Chenu, élève de l’établissement en 1942, et qui s’apprêtait à faire à la suite un exposé sur l’histoire de l’abbaye avant un dîner d’exception.

Texte La Nouvelle République

Lycée de Boissay : le chantier avance

Le LEAP de Boissay à Fougères-sur-Bièvre (Loir-et-Cher) fait peau neuve en construisant une extension qui accueillera le nouvel internat, la restauration et des salles de travail. Ce grand projet financé par la Région Centre Val de Loire, les collectivités territoriales et la Fondation Victor Dillard devrait aboutir fin 2018.

(Images Don Cedric et DDEC41)

Soirée de la Fondation Dillard

P1030057C’est le château de Fougères-sur-Bièvre qui a accueilli le dîner annuel de bienfaisance de la Fondation Victor Dillard. Dans la magnifique cour de ce Monument national, une soixantaine de personnes ont pris place pour écouter notre évêque Monseigneur Batut exposer son analyse du débat sur la bioéthique.

Une visite du lycée de Boissay situé sur la commune précédait cette conférence : les travaux du nouvel internat progressent ; il permettra d’accueillir les élèves dans de très bonnes conditions. Dans ce lycée agricole qui prépare les jeunes aux métiers des services à la personne, on prend en compte les problèmes d’éthique du soin. C’est pour cette raison que les donateurs de la fondation ont été particulièrement sollicités.P1030044

 

Victor Dillard s’affiche

IMG_4129En prévision du lancement du timbre « Père Victor Dillard » que La Poste dévoilera le 6 octobre au lycée Notre-Dame des Aydes, l’établissement se pavoise. C’est une opération de grande échelle …

Le nouveau directeur du groupe scolaire Saint-Vincent-Brottier de Blois

BLOIS SAINT VINCENT BROTTIER - 1Pour sa première rentrée à Saint-Vincent – Père-Brottier, Georges Da Silva, chef d’établissement et coordinateur, décrit une ambiance paisible avec des effectifs en hausse. « Avec cent deux élèves inscrits au collège, et soixante-dix en maternelle et primaire, nous restons une petite structure. Je tiens à préserver cet aspect familial, cet esprit. » De même, Georges Da Silva souhaite pérenniser le travail effectué avant lui, et ceci durant neuf ans, par Mélanie Marpault, ancienne directrice. « C’est une continuité, mais j’espère aussi apporter mon expérience des années passées à la Providence, à Blois, comme enseignant en électrotechnique, puis comme directeur délégué à la formation professionnelle. » Dans cette optique, Georges Da Silva projette une orientation du collège vers le monde de l’entreprise. Avec pourquoi pas des classes en immersion. Les Projets Plus, avec renforcement et approfondissement en français et en anglais vont se poursuivre, de même que le suivi personnalisé qualité de chaque élève. « Comme dans tous les établissements catholiques, le projet Education à la relation répond aux attentes du bien vivre ensemble. Nos jeunes sont en grande majorité issus du quartier. C’est un beau labo ici, avec une population cosmopolite. Saint-Vincent – Brottier doit être un ascenseur social pour tous. »

Cor. NR : Monique Cabourg
OEIL

L’école Saint-Louis de Cour-Cheverny fête la fin des travaux

IMG_3834Inauguration ensoleillée à l’école Saint-Louis de Cour-Cheverny. Derrière la façade superbement rénovée de la vieille bâtisse, les nombreuses personnes présentes ont découvert une salle d’accueil des enfants de maternelle qui répond aux nouvelles règles sécuritaires obligatoires pour les écoles. Georges Delattre, président de l’Ogec, a présenté le travail réalisé par les entreprises et peaufiné par les parents d’une Apel très dynamique et Monseigneur Batut a pu rencontrer toutes ces personnes impliquées et engagées.

Cette jolie école dirigée par Catherine Guignebert accueille une centaine d’enfants dans un cadre magnifique. D’autres projets seront portés par la communauté éducative dans les années à venir comme la transformation du réfectoire. A suivre donc …

IMG_3842

La Fondation Victor Dillard à Cheverny

IMG_3771Chaque année, la fondation réunit ses donateurs (et ceux qui pourraient le devenir) dans un lieu remarquable. Ce dîner de bienfaisance se tenait cette année sous la présidence de notre évêque Mgr. Batut, au Château de Cheverny que le Marquis de Vibraye mettait à notre disposition. La conférence de Pierre Méhaignerie, sollicité par Bruno Chauvineau notre Directeur diocésain, sur les liens école / entreprise, a été très appréciée par les soixante-dix personnes présentes à ce dîner. De même, les quelques mots prononcés par Thierry Dillard, petit-neveu du Père Victor Dillard, ont profondément touché l’assistance.

Organisée « à l’américaine », cette soirée a permis à la Fondation Victor Dillard de récolter plus de 4000 €.

La fondation remercie les partenaires qui ont soutenu l’organisation de cette soirée : Château de CHEVERNY, Jardinerie DELBARD de Contres, ERIC PILLAULT traiteur, imprimerie ISF, la boulangerie MARLAU et LE CERCLE DES ENTREPRISES DU VENDÔMOIS.

EnregistrerEnregistrer