Victor Dillard s’affiche

IMG_4129En prévision du lancement du timbre « Père Victor Dillard » que La Poste dévoilera le 6 octobre au lycée Notre-Dame des Aydes, l’établissement se pavoise. C’est une opération de grande échelle …

Le nouveau directeur du groupe scolaire Saint-Vincent-Brottier de Blois

BLOIS SAINT VINCENT BROTTIER - 1Pour sa première rentrée à Saint-Vincent – Père-Brottier, Georges Da Silva, chef d’établissement et coordinateur, décrit une ambiance paisible avec des effectifs en hausse. « Avec cent deux élèves inscrits au collège, et soixante-dix en maternelle et primaire, nous restons une petite structure. Je tiens à préserver cet aspect familial, cet esprit. » De même, Georges Da Silva souhaite pérenniser le travail effectué avant lui, et ceci durant neuf ans, par Mélanie Marpault, ancienne directrice. « C’est une continuité, mais j’espère aussi apporter mon expérience des années passées à la Providence, à Blois, comme enseignant en électrotechnique, puis comme directeur délégué à la formation professionnelle. » Dans cette optique, Georges Da Silva projette une orientation du collège vers le monde de l’entreprise. Avec pourquoi pas des classes en immersion. Les Projets Plus, avec renforcement et approfondissement en français et en anglais vont se poursuivre, de même que le suivi personnalisé qualité de chaque élève. « Comme dans tous les établissements catholiques, le projet Education à la relation répond aux attentes du bien vivre ensemble. Nos jeunes sont en grande majorité issus du quartier. C’est un beau labo ici, avec une population cosmopolite. Saint-Vincent – Brottier doit être un ascenseur social pour tous. »

Cor. NR : Monique Cabourg
OEIL

L’école Saint-Louis de Cour-Cheverny fête la fin des travaux

IMG_3834Inauguration ensoleillée à l’école Saint-Louis de Cour-Cheverny. Derrière la façade superbement rénovée de la vieille bâtisse, les nombreuses personnes présentes ont découvert une salle d’accueil des enfants de maternelle qui répond aux nouvelles règles sécuritaires obligatoires pour les écoles. Georges Delattre, président de l’Ogec, a présenté le travail réalisé par les entreprises et peaufiné par les parents d’une Apel très dynamique et Monseigneur Batut a pu rencontrer toutes ces personnes impliquées et engagées.

Cette jolie école dirigée par Catherine Guignebert accueille une centaine d’enfants dans un cadre magnifique. D’autres projets seront portés par la communauté éducative dans les années à venir comme la transformation du réfectoire. A suivre donc …

IMG_3842

La Fondation Victor Dillard à Cheverny

IMG_3771Chaque année, la fondation réunit ses donateurs (et ceux qui pourraient le devenir) dans un lieu remarquable. Ce dîner de bienfaisance se tenait cette année sous la présidence de notre évêque Mgr. Batut, au Château de Cheverny que le Marquis de Vibraye mettait à notre disposition. La conférence de Pierre Méhaignerie, sollicité par Bruno Chauvineau notre Directeur diocésain, sur les liens école / entreprise, a été très appréciée par les soixante-dix personnes présentes à ce dîner. De même, les quelques mots prononcés par Thierry Dillard, petit-neveu du Père Victor Dillard, ont profondément touché l’assistance.

Organisée « à l’américaine », cette soirée a permis à la Fondation Victor Dillard de récolter plus de 4000 €.

La fondation remercie les partenaires qui ont soutenu l’organisation de cette soirée : Château de CHEVERNY, Jardinerie DELBARD de Contres, ERIC PILLAULT traiteur, imprimerie ISF, la boulangerie MARLAU et LE CERCLE DES ENTREPRISES DU VENDÔMOIS.

EnregistrerEnregistrer

Saint-Vincent-Père Brottier pavoise !

BLOIS DRAPEAUX BROTTIER 20 JUIN - 1Mardi 20 juin, tous les élèves de l’école Saint-Vincent – Père-Brottier étaient conviés à la pose de trois drapeaux, européen, français et aux couleurs de l’établissement. C’est Manon Lemaire, professeure d’éducation physique et sportive, et en même temps réserviste dans l’armée de terre, qui a eu le privilège de leur installation dans la cour de l’école. Financés par l’association des anciens élèves, des drapeaux seront également mis en place dans la cour du collège et à l’entrée de l’établissement.

Inauguration à Notre-Dame de Vineuil

Grosse affluence jeudi soir malgré une pluie tenace ! Personne ne s’est attardé sur le ruban pour s’engouffrer rapidement dans les classes toutes neuves.

Un bâtiment remplace les vieux préfabriqués

Deux classes pour le primaire, des sanitaires et une grande salle d’étude pour le collège, voilà ce qui est sorti de terre cette année. Des locaux magnifiques, aux normes environnementales élevées, insonorisés et pratiques. Pour Notre Dame de Vineuil, les élèves et le personnel, c’est une nouvelle ère qui commence, dans la lignée des premiers bâtisseurs de cet établissement situé au coeur de Vineuil.

Cette soirée rythmée par des chants et des discours a réuni dans la gaité élèves, enseignants, parents et entreprises qui ont tous oeuvré pour la réussite de ce superbe projet.

Une journée de découverte de 4 établissements pour des donateurs de la Fondation Victor Dillard

La Fondation, qui a pour objet de développer l’Enseignement catholique dans le diocèse de Blois, a souhaité inviter les personnes qui la soutiennent à mieux connaître nos établissements scolaires.

Le minibus « school tour »

Étape 1 : le lycée La Providence de Blois.

C’est un des poids lourds du diocèse, il accueille près d’un millier d’élèves, de la 4ème spécifique au Bac+3 dans les filières tertiaire, énergie et numérique et sanitaire et sociale. Madame Clerc sa directrice a guidé ses invités à travers les spécialités de la maison, montrant les chantiers achevés et ceux à venir.

Étape 2 : le lycée agricole de Boissay.

A 20 minutes au Sud de Blois, ce lycée qui accueille 110 élèves en pleine campagne propose des CAP et Bacs Pro « service aux personnes et vente » en territoire rural. Lire la suite

« Venez voir changer Saint-Jo »

A l’invitation d’Olivier Daudé, Chef d’établissement, une centaine de personnes a participé à la présentation du nouveau logo, des drapeaux, des oriflammes et du BDI rénové du collège-lycée Saint-Joseph de Vendôme.  Sous une pluie fine qui n’a découragé personne, cette foule attentive a suivi le parcours en quatre temps qui a débuté dans la rue coupée à la circulation pour la circonstance, afin de découvrir la nouvelle identité graphique de Saint-Joseph. Le long du bâtiment du lycée, les quatre valeurs « Respect, confiance, exigence et audace » s’exposaient sur des banderoles tandis que des élèves montaient les trois drapeaux français, européen et de l’établissement, au milieu de la cour. C’est Madame de Gouberville, ambassadeur de la Fondation Victor Dillard, qui prenait la parole pour accompagner ce premier levé.

L’équipe de l’établissement emmenait ensuite le groupe vers le préau pour détailler le travail des parents d’élèves qui ont rénové le BDI (bureau de documentation et d’information), outil indispensable pour l’orientation des élèves. Enfin, les invités étaient salués par Bruno Chauvineau, Directeur diocésain avant un verre et des crêpes partagés au sec dans le restaurant scolaire.

http://saintjoseph-vendome.com

Les projets du lycée de Boissay

BIZEMONT LEAP BOISSAYLycée agricole privé et familial de Fougères, Boissay offre un enseignement atypique. Dans un château qui l’est tout autant, mais qui a besoin de travaux.

Depuis 1947, Boissay, à Fougères-sur-Bièvre, a toujours abrité des formations novatrices. Pour les femmes d’agriculteurs tout d’abord, puis en LEAP où l’établissement privé va devenir mixte. Aujourd’hui Boissay est un lycée privé sous contrat atypique qui prépare 115 élèves au brevet et au bac professionnel Sapat, service d’aide à la personne et au territoire. « Nous accueillons des enfants cabossés par la vie, partis pour ne rien avoir, que nous amenons au brevet ou au bac pro avec 100 % de réussite. Le label Boissay est reconnu, nos élèves trouvent ici en milieu rural du travail dans les collectivités ou les Ephad. » Pierre de Bizemont est le président de l’association qui gère Boissay, et qui a pris depuis quelques mois son bâton de pèlerin pour offrir une seconde jeunesse à l’établissement.

L’enseignement pratiqué à Boissay est sur-mesure, en petits groupes. Dans un cadre qui joue beaucoup : 22 hectares de parc, un château du XVe siècle à la fois majestueux et familial, où 38 garçons et filles vivent toute la semaine comme pensionnaires. Mais ce lieu n’est plus adapté à leurs activités : « Il y a des étages puis des niveaux. Incompatibles avec toute notion d’accessibilité. Mais qu’il est important de préserver d’autant plus qu’on est en site classé avec la proximité de Fougères. Notre idée est donc de construire une extension dans les communs, en conservant leurs murs anciens, dans l’esprit du château. » L’internat, la restauration et le CDI seraient ainsi installés dans des locaux compatibles avec ces activités, à l’horizon 2017-2018.
L’importance sociale du lycée qui pratique la mixité sociale au quotidien, la Région l’a bien comprise. Elle s’est engagée à participer au financement de cet ambitieux projet de plusieurs centaines de milliers d’euros. Tout comme la fondation catholique qui en est propriétaire. « Je fais appel au mécénat privé, le trésor public m’a permis de remettre des reçus fiscaux aux particuliers comme aux entreprises. C’est un beau projet qui commence à prendre corps ! », témoigne le président.
Avec quatorze enseignants et autant d’agents, le lycée tourne avec un budget annuel serré de 440.000 €. « Notre objectif est d’accueillir entre 120 et 125 élèves et 40 à 45 internes. Le nouveau bâtiment nous le permettra, tout en conservant la proximité qui fait la force et l’originalité de Boissay. »

www.leap-boissay.fr

Texte et photo Béatrice Bossard – La Nouvelle République
PICTOLIEN
La fondation Victor Dillard collecte aussi des dons pour le renouveau de Boissay

Lamotte-Beuvron : l’école Saint-Jean-Bosco inaugurée et bénie !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Vendredi soir, la directrice Suzy Fontaine et l’équipe enseignante accueillaient tous ceux qui ont œuvré pour l’installation de l’école Saint-Jean-Bosco, les 33 élèves et leurs parents. Suzy Fontaine a remercié tous les acteurs de cette « formidable aventure » et les parents qui lui ont fait confiance.

Les élèves, tous vêtus de blouses bleu marine (choisies par l’association des parents d’élèves), ont chanté « Douce France », les adultes les ont accompagnés avec enthousiasme.
Après les discours, Mgr Batut, évêque de Blois, a béni l’assistance et les salles de classe et a indiqué sa joie d’inaugurer cette école qui renaît, lieu d’humanisation et de socialisation en reprenant les paroles de Victor Hugo, « ouvrir une école, c’est fermer une prison » et celles de saint Jean Bosco, « Faites que les enfants se sachent aimés avec un enseignement de très bonne qualité. »
Ainsi que le disait saint Jean Bosco, fondateur des écoles salésiennes (1815-1888), « sans affection, pas de confiance, sans confiance, pas d’éducation », paroles affichées dans l’école.
« C’est un bon moment, c’est touchant de voir ces jeunes enfants bien entourés et bien installés dans des locaux joyeux et confortables, tout est réuni pour leur réussite. Il y a une bonne ambiance, les enseignantes et les parents créent un lien chaleureux », indique une maman heureuse.

Texte La Nouvelle République BOUTONLIEN