Le projet franco-marocain du collège Saint-Charles de Blois

Cliquez sur cette image pour voir la présentation du projet :

Image 6

La mise en oeuvre d’une communauté d’établissements de Blois Centre

planA partir de la rentrée de septembre 2013, les établissements Saint Charles (pour le collège), Notre-Dame des Aydes, Sainte Marie, Notre-Dame de la Providence et de la Providence travailleront à la mise en œuvre d’une communauté d’établissements de Blois Centre, en enrichissant l’offre scolaire faite aux familles, en adaptant les projets éducatifs aux nouveaux enjeux de société, en gagnant en souplesse et en adaptabilité ; en vue d’assurer l’avenir de l’Enseignement catholique sur le Blésois.

Cette réflexion s’organisera autour du scénario suivant : un rapprochement des écoles Notre-Dame la Providence et Sainte Marie, deux collèges (dont Saint Charles) et deux lycées (dont la Providence).

Les communautés d’établissements pour sécuriser l’avenir

Le Comité diocésain de l’Enseignement catholique de Loir-et-Cher (CODIEC) a lancé en 2009 une réflexion d’envergure, sur l’avenir de l’offre éducative de nos établissements dans le diocèse.

Un travail d’analyse de la situation a permis d’établir les scénarios souhaitables. Le fruit de ce travail, « Cap 2020 », a été présenté le 11 avril 2012 aux responsables de l’Enseignement catholique.

C’est dans ce cadre que s’inscrit cette démarche.

Un constat partagé : c’est le bon moment pour évoluer

Les établissements concernés ont démontré l’excellence de la formation et de l’éducation qui y sont dispensées. Ils sont encore en bonne santé et les familles démontrent chaque année la confiance qu’ils leur portent.

Pourtant, de sérieux points de vigilance sont à prendre en compte : la baisse démographique (et plus particulièrement sur l’agglomération de Blois), le risque de concurrence entre les établissements catholiques, la nécessité d’adapter l’enseignement à l’avenir qui se dessine, l’importance de retrouver de nouvelles marges de manœuvre pour innover et continuer à être force de proposition éducative pour les familles.

Une démarche participative, basée sur la concertation des acteurs

Le travail va s’opérer sur le mode de la concertation autour de différents sujets : les projets éducatifs et pédagogiques, la pastorale, les finances, les internats, l’organisation des OGEC, les ressources humaines, l’immobilier.

Les conseils d’établissement feront remonter remarques, suggestions, propositions au Comité de pilotage du projet. Ce Comité de pilotage (constitué des chefs d’établissement, des présidents d’A.P.E.L. et d’OGEC) aura pour tâche de rédiger les propositions qui seront soumises au CODIEC, instance décisionnaire.

Quelles sont les échéances ?

Notre travail va s’organiser en cinq phases successives entre septembre 2013 et septembre 2015 : la consultation et les études (septembre-février 2014), la rédaction des propositions (février-Avril 2014), la décision (mai-juin 2014), la préparation de la mise en œuvre (année 2014-2015) et la mise en œuvre elle-même (à partir de septembre 2015).

Une démarche professionnelle et ouverte

Nous prenons les moyens de vivre cette démarche dans les meilleures conditions possibles en nous faisant accompagner par un cabinet chargé de l’animation du processus et de la communication auprès des acteurs. Des points de communication seront organisés régulièrement.

Par cette démarche, le CODIEC souhaite assurer l’avenir et permettre à l’Enseignement catholique de déployer plus largement son projet éducatif au travers d’établissements modernisés, libres, reliés, autonomes, proposant une offre éducative et pédagogique diversifiée, proche des élèves, en lien avec les attentes des familles.

Saint-Charles à Blois : l’intégration scolaire au coeur du collège

Image

A la rentrée prochaine, le collège Saint-Charles de Blois ouvre une classe à double niveau 6 e  – 5 e Segpa. Une première dans le diocèse.

Etablissement quasi familial de 220 élèves, le collège Saint-Charles de Blois ouvre à la rentrée prochaine une classe de 6e-5e Segpa destinée aux élèves présentant un trouble de l’apprentissage (lire ci-dessous) et pour lesquels un enseignement adapté est préférable.

Le collège, outre sa section européenne, dispose déjà d’une 4e en alternance et d’une 3e d’insertion professionnelle. « L’équipe pédagogique est sensibilisée à la différence et à l’individualisation du travail, sait Fabrice Monnier. Elle a un cœur «  gros comme ça  ». Nous avons pris la décision de proposer l’ouverture de cette classe au sein de l’enseignement catholique, afin de valoriser notre savoir-faire. »
« Notre projet est d’intégrer cette classe au cœur du collège et non pas en marge », insiste le chef d’établissement. Située à côté des 5es « Michel-Ange » et « Vinci » et au même niveau que le centre de documentation et d’information, cette nouvelle classe – dont le nom n’est pas encore défini – sera au cœur du projet d’établissement, au propre comme au figuré.

Avec quels moyens ?

« Une professeure des écoles spécialisée aura la classe la majorité du temps (21 heures) et des enseignants de collège interviendront en histoire et en technologie. Les élèves disposeront exactement des mêmes outils technologiques et pédagogiques. Ils vont participer à toutes les activités proposées aux deux autres classes de 6eclassiques et pourront être intégrés aux autres classes pour certains cours. L’objectif est et restera l’intégration, l’idée étant de leur permettre d’accéder en fin de 3e à un projet individuel de formation. Nous les aiderons à travailler la confiance en soi, à grandir. »
L’équipe enseignante compte également se servir de l’art thérapie et des arts plastiques – en complément des autres activités proposées à l’ensemble des autres élèves – pour faire avancer les jeunes qui intégreront cette classe à la rentrée.
Et même si « Saint-Charles n’est pas Poudlard, nous n’avons pas de baguette magique », les résultats plus que probants – 95 % de réussite au brevet des collèges – permettent de nourrir un certain optimisme quant à la réussite de cette grande première dans l’enseignement catholique en Loir-et-Cher.

repères

> Cette classe s’adresse aux élèves ne maîtrisant pas tous les apprentissages fondamentaux ou présentant des lacunes à l’issue du cycle d’approfondissement (niveau global de CE2 en CM2). L’avis favorable de la commission d’orientation des enseignements adaptés (CDOEA), est expressément requis.

Le lien vers l’article de la NR