Rencontres de témoins engagés à Saint-Julien de Montoire

Un beau moment de rencontre

Les élèves de l’école St julien ont vécu un beau moment de rencontre le jeudi 4 mai, lors des ateliers en Pastoral. En effet, le thème portait sur les témoins de Jésus. Ils ont rencontré Monseigneur Batut, évêque de Blois, le Père Dominique, moine à la communauté St Martin, Sœur Providence, Mme Voyant, membre d’une communauté religieuse «  Les Assomptionnistes », l’Abbé Benoit. Ils ont posé des questions sur leur vie, leur engagement religieux, leur rôle, leur habit, leur croix identiques mais différentes, suivant la fonction de chacun.  Ils ont découvert que Monseigneur Batut était enseignant avant de devenir prêtre, que le Père Dominique faisait de la mise en page, que Mme Voyant, malgré sa vie de famille, donnait du temps aux écoles. Mieux se connaître pour mieux vivre ensemble était un objectif de ces ateliers. En respectant  la croyance de chaque personne, les enfants ont été marqués par le bonheur de chacun à se consacrer à la prière et aux autres. Sœur Providence nous rappelait qu’il « fallait regarder la beauté du monde avec les bonnes lunettes » Une belle phrase de Monseigneur Batut : «  L’important n’est pas de garder sa vie pour soi mais de la partager avec les autres ». Nous avons terminé cet après-midi par un rassemblement  festif avec tous les élèves de l’école et les intervenants  pour les remercier et pour remettre toutes les fournitures scolaires et une aide financière aux enfants du Burkina Fasso. Nous remercions bien sincèrement Monseigneur Batut, d’avoir pris de son temps pour venir témoigner auprès des élèves de St Julien, ainsi que tous les personnes présentes.

A.Odeau.

Les lycéens et étudiants de La Pro osent la rencontre !

la providence osez la rencontre - 1Chaque année les élèves du lycée professionnel, du lycée technique ou les étudiants de La Providence participent à une journée de découverte du monde associatif ou d’engagements individuels présentés en ateliers. « C’est à l’initiative du père Cabarat que cette action a été créée il y a quelques années, explique Catherine Bercher, animatrice en pastorale à la Providence. Ce n’est qu’une journée mais c’est un temps fort pour lequel se sont investis dans sa préparation plusieurs élèves du lycée. »

627 jeunes ont ainsi participé mardi dernier à plusieurs ateliers sur le thème « Osez la rencontre » animés par dix-sept associations locales intervenant dans le domaine de la santé, de l’enfance, de la précarité ou de populations à risque ou par des personnes témoignant de parcours de vie. Après la présentation de leurs objectifs et du cadre de leurs actions, les jeunes étaient invités à échanger et à débattre avec les intervenants dont beaucoup étaient des bénévoles.
L’atelier de l’Acat (Association contre la torture et la peine de mort) animé par Michelle Orsot-Dessi et Michel Fernandez avait de quoi provoquer réactions et échanges. Mettre à mal les idées reçues sur les demandeurs d’asile en prenant appui sur la situation que connaît Mayotte. Les kwassa, fragiles embarcations chargées de familles d’autres îles comoriennes obligées de fuir pour survivre, et tentant de gagner Mayotte à leurs risques et périls, ne pouvaient laisser indifférente l’assistance. A l’issue de la rencontre, le jeune Storm le reconnaissait « je pense avoir maintenant un nouveau regard sur les immigrés ».
L’atelier de l’Unicef était lui aussi très couru. L’engagement des jeunes y était encouragé et la promotion d’un outil de communication u-reporter pour les 10-26 ans, déployé sur 23 pays par l’association était expliqué par les animateurs. « L’idée c’est que via les réseaux sociaux vous puissiez exprimer votre opinion et fassiez entendre votre voix. » Anaïs était très satisfaite de ce qu’elle avait appris durant la matinée, « Le MRJC (Mouvement rural de la jeunesse chrétienne) par exemple je ne le connaissais pas alors que leurs actions sont très intéressantes ». Juliette pour sa part retenait que les échanges auxquels elle avait participé étaient de nature à aller plus facilement vers l’autre, car tout compte fait « la différence est souvent source de peur » soulignait-elle.

Texte et photo La Nouvelle République  : M.M.
PICTOLIEN

Pastorale

P1120071

Mes semaines sont en ce moment rythmées par la formation que je suis, auprès du SETAD (centre d’études théologique à distance de la Catho). Tout est en ligne… C’est un parcours sur trois modules : Qu’est ce que la Foi ?, les grands témoins et le dialogue inter-religieux. J’attends beaucoup de cette formation qui aura un impact direct sur les chantiers de ma mission.

Autre chantier, le travail sur le Fil Rouge pastoral que nous allons mieux mettre en valeur sur le site de la DDEC (ec41.org). L’idée est de proposer plusieurs portes d’entrées à ce grand panorama de la pastorale dans l’année : des entrées thématiques, chronologiques au fil de l’année litturgique ou des paroles de sagesse. J’ai le souhait de rendre cet outil beaucoup plus facile d’utilisation pour que les établissements s’en servent davantage !

Je prépare aussi une formation sur l’Islam pour l’année prochaine. Sur trois demi-journées, vous pourrez mieux connaître l’Islam pour accueillir des jeunes musulmans dans vos établissements.

Le périscolaire en lien avec les associations chrétiennes.

J’achève aussi un tour de rencontre des responsables associatifs du Secours catholique, du MEJ, des Scouts et Guides de France, du CCFD, de l’Enfance Missionnaire pour organiser avec eux des temps pour les jeunes dans le cadre de l’évolution des rythmes scolaires. Vaste programme !

Mais je n’oublie pas de me ressourcer auprès des enfants que je vois une fois par semaine à l’école Monsabré de Blois pour l’éveil à la Foi ! Un moment très enrichissant et ressourçant !

Anne-Claire Quédreux

 

Le Chemin de Croix à l’école Saint-Charles, Blois.

Cette année, le calendrier nous donnait de vivre la Semaine Sainte avant les vacances. Nous avons donc préparé un Chemin de Croix, à l’école St Charles de Blois, devant lequel petits et grands sont venus se recueillir, et méditer sur les étapes de la Passion de notre Seigneur. Ce furent de beaux moments, denses et riches en communion fraternelle, et en interrogations… Mais n’est-ce pas les questions des enfants qui nous font avancer nous-mêmes ?
Merci à tous ces enfants pour leur prière et leurs remarques !
DSCN1612 DSCN1619