Une section karting au collège Saint-Georges de Salbris

Le collège Saint-Georges ouvrira, à la rentrée, une nouvelle classe à horaires aménagés dédiée aux sports mécaniques. Marc Berteaux et le centre Kartagène sont partie prenante du projet.

Capture d_écran 2018-05-25 à 10.16.34Permettre à des adolescents, dont le profil n’est pas forcément très « scolaire », d’étudier, de comprendre des principes mathématiques, de physique, de chimie, en se livrant à une pratique sportive, le karting. Tel est le dessein de Mathieu Stévenin, principal du collège privé Saint-Georges de Salbris, qui a bâti, au sein de son établissement, et avec Marc Berteaux, formateur reconnu, entraîneur de l’équipe de France et directeur du centre Kartagène, une classe à horaires aménagés dédiée aux sports mécaniques.
Susciter la motivation Cette dernière, qui ouvrira à la rentrée, est née d’une suggestion de Marc Berteaux, qui en a conçu l’idée lorsque le chef d’établissement salbrisien lui a présenté le fonctionnement d’une section existante, semblable, consacrée à la natation. Le projet a enthousiasmé Mathieu Stévenin. Il pourrait, selon lui, susciter la motivation de certains élèves, Lire la suite

Le groupe scolaire Saint-Georges de Salbris se dote d’un nouveau site web.

Capture d’écran 2016-04-27 à 13.54.10Nouvelle vitrine pour l’école et le collège Saint-Georges de Salbris, qui adopte une identité graphique bien pensée, très esthétique et accueillante.

A découvrir sur http://www.ecsg41.fr

Mémoire partagée au collège Saint-Georges de Salbris

Salbris rencontre générationSur un projet mené depuis une année entre le directeur du collège Saint-Georges, Xavier Roubinet et la directrice du centre intergénérationnel de Nouan-le-Fuzelier, Isabelle Doumro, les élèves de 3e ont reçu la visite de quatre résidants de Mont-Evray et des accompagnants afin de pouvoir échanger durant quelques heures sur « la vision de la guerre » en l’occurrence les facettes de la Seconde Guerre mondiale, le conflit en Indochine ou encore la Guerre d’Algérie. En amont, les résidants du centre ont élaboré une exposition sur des panneaux visibles au collège et dont les élèves se sont inspirés pour cibler en compagnie de leurs professeurs les questionnaires à l’attention de ces visiteurs avertis qui ont vécu au centre de ces périodes. L’après-midi s’est avérée très fructueuse. Les aînés ont confié dans le menu leurs souvenirs, leurs petits secrets, aux élèves rassemblés par petits groupes. Ces derniers furent particulièrement sensibles à ces interventions et ont pu se voir confirmer les conditions de vie des périodes difficiles, les moments cruciaux, les peurs, les anecdotes. « C’est intéressant, nous sommes jeunes et à notre époque dans notre pays, nous pensons que cela ne nous arrivera jamais » souligne Melvin alors Samuel surenchérit pour comprendre comment ses personnes arrivaient à vivre « normalement ». Le directeur constatait avec satisfaction que les élèves se sont montrés très attentifs. Ceux qui rencontrent quelques difficultés au cœur de leur cursus se sont laissés accrocher par l’échange dans une ambiance parfaite et une façon complémentaire d’apprendre quand la parole prend le relais du livre. Une pleine réussite confirme-t-il alors que le plaisir partagé entre les générations se voyaient sur les visages.

Texte et photo La Nouvelle République
Accédez au site de la NR en cliquant sur la photo