Un projet d’envergure pour le lycée agricole Boissay

L’établissement d’enseignement agricole privé de Fougères-sur-Bièvre va connaître une période de travaux, de réhabilitation et de mise aux normes, notamment.

Un vendredi après-midi, dans le parc du lycée d’enseignement agricole privé Boissay, à Fougères-sur-Bièvre. Quelques élèves déambulent, seuls ou en groupes, occupent l’espace, en attendant le véhicule qui les transportera vers leur week-end. Le cadre qu’offre l’établissement scolaire est paisible, et – Pierre de Bizemont, président de l’association gérant le LEAP, met cette idée en avant – favorable à la dimension sociale du travail des équipes de Boissay, qui reçoivent un public d’élèves, parmi lesquels se trouvent 45 % de boursiers, extrêmement hétérogène.

Un nouveau bâtiment

La physionomie des lieux, l’architecture du lycée – un château – ont néanmoins soulevé des questions, alors qu’avait germé l’idée d’entreprendre des travaux de réhabilitation et d’agrandissement. « Il existe des niveaux différents dans le bâtiment – sept, rien qu’au premier étage, indique Pierre de Bizemont. Le montant qui figurait sur le premier devis que nous avons fait réaliser, rien que pour la mise aux normes liées à l’accessibilité pour les personnes en situation de handicap, s’élevait à plus de 600.000 euros. »
Après la réalisation d’une étude, il a été conclu que la meilleure solution serait, outre des réaménagements dans le château, la construction d’un nouveau bâtiment. Ce dernier comprendra un accueil, un internat pour quarante-cinq jeunes – les chambres pourraient, hors période scolaire, accueillir des touristes –, des cuisines, des sanitaires, un centre de documentation et d’information. Une rampe, destinée aux personnes à mobilité réduite, sera installée. Pierre de Bizemont manifeste, par ailleurs, une volonté d’engager le site dans une démarche écologique. L’énergie solaire devrait, notamment, être utilisée.
Le chantier devrait débuter en mai, et s’achever avant la rentrée scolaire 2018. D’un coût total estimé à trois millions d’euros, il pourrait bénéficier du soutien de collectivités locales, mais aussi privés. A terme, le lycée Boissay, où sont actuellement scolarisés cent dix jeunes, préparant un brevet ou un diplôme de services en milieu rural ou de services aux personnes et aux territoires, pourrait compter plus de cent vingt élèves, espère Pierre de Bizemont. Ouvert en 1947, l’établissement hébergeait, au départ, une « école ménagère ».

> La communauté de communes du Val de Cher – Controis et la commune de Fougères-sur-Bièvre devraient examiner des demandes de subventions, pour la partie du chantier de Boissay concernant « le réfectoire et les dortoirs », indique Éric Martellière, maire.
> L’élu met, notamment, en avant le fait qu’un festival de musique (Les Zygophonies) et des courses cyclistes sont accueillis à Fougères. Lors des périodes de fréquentation de la commune par des artistes, des sportifs, Boissay pourra proposer « des chambres », souligne Éric Martellière. En dehors de ces événements, les lieux pourraient, par exemple, recevoir « de petits séminaires ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Texte et photo La Nouvelle République – Léa Bouquerot

PICTOLIEN

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s