Les 150 ans du lycée Notre-Dame des Aydes

L’établissement scolaire fête cette année son 150e anniversaire, l’occasion d’une jolie fête avec de multiples animations et de beaux échanges.

IMG_2340Il y avait foule samedi matin dans la cour de Notre-Dame des Aydes après la célébration eucharistique donnée à la cathédrale Saint-Louis pour le 150e anniversaire de l’établissement scolaire blésois.
Sous le préau les officiels étaient réunis près du portrait récemment restauré du chanoine Millet, fondateur de Notre-Dame des Aydes en 1868 pour les élèves dont les parents souhaitaient une éducation religieuse et d’un tableau de l’artiste-peintre et ancien élève Hubert Damon. Parmi les personnalités présentes la ministre auprès du ministre de l’Intérieur Jacqueline Gourault, Monseigneur Batut, le maire Marc Gricourt, Nicolas Perruchot président du conseil départemental et Stéphane Baudu, maire de La Chaussée-Saint-Victor.
L’assemblée qui comptait de nombreux anciens élèves, professeurs et amis était accueillie par Jean-Claude Lambert président de l’Ogec (organisme de gestion de l’établissement catholique), puis par Jean-Cyrille Peroteau, chef d’établissement qui en traduisant la devise du collège et lycée « Fide et opere » par les mots Confiance et travail soulignait l’investissement des membres de la communauté éducative dans la préparation des jeunes à leur vie d’adulte.
Jacqueline Gourault y a enseigné 25 ans Après la bénédiction de la nouvelle statue de Notre-Dame des Aydes par l’évêque, venait le temps des échanges et des retrouvailles entre participants. Des anciens, qui pour certains portaient à la boutonnière le blason bleu de l’école, aux plus jeunes, chacun se rémémorait le temps des études. « D’ici je n’ai que des bons souvenirs, témoignait un étudiant qui fréquentait le lycée il y a peu, c’était une ambiance conviviale ! » Jacqueline Gourault qui connaît bien les lieux pour y avoir professé l’histoire-géographie pendant 25 ans rappelait ses débuts. « J’y suis entrée pour y effectuer un remplacement de 15 jours, j’avais 23 ans, j’étais à peine plus âgée que mes premiers élèves de terminale ! »
Expositions de vielles photos, de documents sur l’école, de sculptures telles des pièces montées étaient à découvrir dans divers espaces tandis qu’un repas était servi pour plus de 300 personnes. Une belle occasion de poursuivre les échanges, sans oublier de rapporter en souvenir le livre spécialement réalisé pour la circonstance « Notre-Dame des Aydes, une école, une histoire » écrit par Bruno Guignard, Florence et Jean-Claude Lambert.

Texte La Nouvelle République

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s