A Romorantin, le collège attire une belle solidarité.

0610 romo Notre Dame inondations - 2

Si les dégâts matériels sont immenses et la désorganisation ultime, l’âme de l’établissement n’a pas été touchée, bien au contraire…

Dans la nuit de mardi à mercredi, l’eau commence à monter inexorablement, alors les sœurs de la communauté ont installé les chaises sur les tables, posé les ordinateurs et les dossiers en hauteur. En vain, malheureusement. De l’eau jusqu’à la taille, elles ont alors continué à monter tout ce qui était important à l’étage. Le serveur, les ordinateurs, les dossiers scolaires et administratifs seront sauvés, quant au mobilier, avec près de 80 cm d’eau au rez-de-chaussée…

La fin de l’année hors les murs

« Notre communauté est reconnaissante des efforts faits par la municipalité, du dispositif qu’elle a mis en place. Son personnel est venu nous voir, nous a aidés, est passé, repassé, continuellement pour s’inquiéter de nos besoins. Il faut saluer le travail incroyable des gendarmes, sécurité civile, protection civile, pompiers, tous nous ont témoigné de leur aide sans faille. Les anciens élèves, les parents et anciens parents d’élèves, les membres de l’Appel sont venus spontanément aider personnel et enseignants. Dans ce désastre, toute cette solidarité et cette bienveillance sont lumineuses », commente sœur Fernandes, directrice de l’établissement.
Les chefs d’établissement des écoles publiques sont aussi « venus nous proposer spontanément d’accueillir les élèves et professeurs dans leurs locaux disponibles », poursuit-elle. D’ailleurs, sœur Fernandes a été dans chacun des établissements : lycée Claude-de-France, collèges Maurice-Genevoix et Léonard-de-Vinci accueillir, accompagnée des chefs d’établissements, chacune des 11 classes de la 6e à la 3e, soit 225 élèves, qui finiront l’année scolaire hors leurs murs de Notre-Dame.
Les trois surveillants ainsi que l’ensemble des enseignants vont donc jusqu’à la fin de l’année scolaire travailler dans le public. « Excepté moi », souligne sœur Fernandes, malicieusement, car de par sa tenue de religieuse, elle ne peut enseigner l’histoire et la géographie par respect pour la neutralité d’un établissement public.
Solidarité inattendue, aussi, « à Léonard-de-Vinci, il leur manquait un professeur de maths, hé bien, c’est le nôtre, Marika, qui va leur donner un coup de main ! », glisse aussi la religieuse.

La traditionnelle kermesse annuelle aura bien lieu le 25 juin mais à Notre-Dame du Mail, à Saint-Joseph. Après le succès de la comédie musicale jouée le 19 mai dernier (NR du 25 mai) par les élèves, une deuxième séance sera prochainement organisée à la Pyramide afin de récolter des fonds pour aider à la remise en état du collège.

 

Texte et photos La Nouvelle République : Jean-Guy Foucard PICTOLIEN

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s